Notre-Dame du Val Info Novembre 2019

VERSION IMPRIMABLE

DSC_8356.JPG 
 
EDITO

Un grand repas fraternel, quel bonheur !

En cette période de la Toussaint, nous prenons le temps de penser aux personnes que nous avons connues et aimées et qui sont décédées. Parmi elles, il y en a dont nous nous disons : « Elle, c’était vraiment une sainte, lui c’était vraiment un saint ». Ils n’étaient pas parfaits, loin de là. Mais être saint ce n’est pas être parfait, c’est être « pauvre de cœur », comme dit Jésus dans l’évangile du jour de la Toussaint. En y repensant, en relisant notre vie, nous allons en découvrir beaucoup, de ces saints que nous avons connus ou dont nous avons entendu parler.

Des liens mystérieux nous unissent à eux, dans notre prière et à la messe, ils sont présents dans le Corps du Christ ressuscité que nous formons avec eux. C’est ce que nous affirmons dans le " Je crois en Dieu " à travers la communion des saints.

Cette communion, dans la Bible comme dans nos diverses traditions culturelles, s’exprime souvent au travers de repas. Dans un repas fraternel où nous ne sommes pas qu’entre gens qui se connaissent déjà, il y a un avant goût du bonheur de vivre une communauté harmonieuse et pacifique, où il n’y a plus les clivages qui excluent et humilient les plus fragiles. Comme dit St Paul, « il n’y a plus ni Juif ni Grec, ni riche ni pauvre, ni esclave ni homme libre », nous sommes tous « membres les uns des autres », dans la reconnaissance de nos fragilités et de nos capacités, des joies et des épreuves de nos vies. Tous alors peuvent se sentir accueillis, reconnus et écoutés. Ils peuvent alors prendre leur place dans le « service des tables », symbole du service de la fraternité.

C’est ce que les peuples amérindiens ont vécu au Synode de l’Amazonie. Ils ont senti que les évêques réunis avec le pape les écoutaient vraiment.

C’est ce que les jeunes lycéens de l’aumônerie ont vécu à Taizé, comme ils nous le disent dans ce numéro.

C’est ce que nous aurons l’occasion de vivre lors du grand repas fraternel du dimanche 17 novembre dans l’église Notre Dame du Val.

 

Père Dominique Fontaine

 

 

 

A lire:
"Tu as dressé devant moi une table"

 

Les jeunes à Taizé 

  e63809d7-74e7-4b64-8a57-a7b00f46a7a7.JPG   

Un grand repas fraternel
le 17 novembre

 

______________________________________________________________________________________________________________________

ACTUALITE

17 octobre 2019 Journée mondiale du refus de la misère :

#lesenfantsrecrutent

Par Patrick Mannier

Nous avons recueilli les propos du Père Michel Besse, un des acteurs de cette journée du 17 octobre, journée à l'initiative du mouvement ATD Quart Monde où il travaille.

mis%c3%a8re.JPGPatrick – « Quelle est la signification de cette journée ?

Michel - Il est bon de se rappeler que cette journée a été voulue par les Nations Unies depuis 1992. En effet 5 ans auparavant, le Père Joseph Wresinski, fondateur d’ATD Quart Monde avait, le 17 octobre 1987, rassemblé 100.000 citoyens en donnant la parole aux personnes vivant dans la plus grande pauvreté, et recueilli leurs propos pour les présenter aux élus, aux associatifs et à la société en général. Le but : modifier le regard sur la pauvreté qui n’est pas une fatalité. « La misère est créée par les hommes, ce sont eux qui peuvent la détruire »

P - Quelques chiffres ?

M - Il faut bien se rendre compte de l’ampleur du phénomène : à ce jour il y a 3 millions d’enfants qui vivent dans des familles en dessous du seuil de pauvreté ; l’habitat insalubre concerne un enfant sur cinq, de même, dans toute sa scolarité, un sur cinq ne participe à aucune sortie culturelle ou de classe découverte. La misère dénie l’avenir de nombreux enfants de France.

P - Comment s’est déroulée cette journée ?

M - A Paris, il y a eu un rassemblement officiel ayant pour thème : « Engagez-vous pour mes droits, #lesenfantsrecrutent ». A l’occasion des 30 ans des droits de l’enfant nous avons voulu mener une réflexion commune avec 40 associations (Amnesty, Secours Catholique, Cgt et Cfdt, Scouts et Guides, SOS Racisme…). Près de 500 personnes étaient présentes. Nous avons créé un jeu de plein air : « Les jeux droits’lympiques », une véritable innovation qui permet aux enfants de découvrir un droit, puis de « recruter » un adulte pour le pousser à s’engager aux côtés des enfants. Sept classes soit 220 élèves ont joué, appris, et « milité » pour leurs droits et ceux de leurs copains dans la misère. La militance n’a pas d’âge et il n’y a pas mieux que les principaux intéressés pour le dire. La misère, quand on n’est pas dedans, on ne peut pas comprendre.

P - Quel a été ton rôle ?

M - J’ai été un coordinateur, plus particulièrement pour la préparation, avec notamment trois volontaires du service civique et 66 bénévoles qui ont assuré l’accueil du public, des prestataires sono, une chorale, un trio musical venant de Nantes « Les Vieilles Pies » et un sculpteur dont il faut souligner le travail remarquable : un oiseau dont on enlève la cage ! Les artistes, comme les témoins, apportent un regard essentiel pour se laisser pénétrer par les enjeux d’une telle journée.

P - Des témoignages ?

M - Il y en a eu 7 au micro. Par exemple, la jeune Ouardia, 11 ans, de Noisy le Grand, qui vit dans un hôtel social. Elle nous a raconté qu’au retour de l’école, dans le long couloir, des hébergés laissent des ordures : cafards et rongeurs apparaissent au soir tombant. Toute la famille se terre dans sa chambre. Pour que ça bouge, Ouardia s’est exprimée devant plusieurs personnalités telles que le prix Nobel de la paix 2006 M. Yunus, Mme le Maire de Paris, une conseillère régionale ainsi que M. Taquet et Mme Dubos, secrétaires d’État à la pauvreté et à la protection de l’enfance. Avec 400 autres enfants de toute la France, depuis un an, elle a travaillé avec le Défenseur des Droits, M. Jacques Toubon, qui remettra son rapport au Président de la République sur les réussites et les manquements de la France qui a signé la Convention. Ce sera le 20 novembre prochain, à l’Unesco.

P - Un message ?

M - Puisque les enfants eux-mêmes nous « recrutent » pour que des solutions soient trouvées et mises en œuvre, il est nécessaire qu’une mobilisation profonde et massive des consciences s’opère. Pour des chrétiens, cela rejoint une oeuvre de miséricorde, tant sociale qu’individuelle, ce qui résonne avec le message constant de notre Pape François.

Ajoutons que le Dimanche 17 novembre prochain sera la « journée des pauvres » et du Secours catholique. Nous aurons un Repas Solidaire partagé tiré du sac. Pour cela, cet après-midi là, l’Église ND du Val se transformera en Table Familiale Géante ! à l’image des disciples du Christ (Act 1,14). C’est aussi cela fairerefus%20mis%c3%a8re2.png Église ! »

Pour aller plus loin :
www.refuserlamisere.org

 

 

LIVRE  "Tu as dressé devant moi une table" par Gilles Rebêche
(éditions de l'Atelier, octobre 2019)

Par Jean Dupuis

livre.jpgLe titre de ce livre est extrait du psaume « le Seigneur est mon berger » dans lequel le psalmiste chante les bienfaits du Seigneur : « Tu as dressé devant moi une table face à mes adversaires... ma coupe est débordante ».

Pour l'auteur, cette phrase est à rapprocher d'une phrase du Seigneur exprimant son désir de prendre un repas avec chacun de nous : « Écoute, je me tiens à la porte et je frappe ; si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je prendrai un repas avec lui et lui avec moi » (Apocalypse, III, 20).

Exemples : quand Jésus perçoit à Jéricho que Zachée veut le voir, il s'empresse de s'inviter chez lui. Quand Mathieu accepte de le suivre, il entre chez lui et participe au repas. Aux pharisiens lui reprochant de manger avec des collecteurs d’impôts et des pécheurs il répond qu'il est venu non pour les bien-portants mais pour les malades. Quand les pharisiens eux même l'invitent, il prend le repas chez eux, et dialogue volontiers avec eux, tout en les obligeant à laisser entrer dans la salle des femmes qui cherchent à lui manifester leurs sentiments.

Les repas sont aussi l'objet de paraboles, comme celle du mauvais riche, qui commet la plus grave des fautes en festoyant sans voir le pauvre qui meurt de faim devant sa porte.

Le soir du Jeudi Saint, Jésus s'assied à la table du Cénacle en confiant aux apôtres : « J’ai tellement désiré prendre ce repas de la Pâque avec vous avant de souffrir ! ». Il préside la Cène après avoir veillé à ses préparatifs. Puis, sachant que son heure est venue, il se lève de table, prend un linge, lave les pieds des apôtres et invite ceux-ci à faire de même entre eux. La Communion et le service sont inséparables.

Gilles Rebêche qui est diacre permanent rappelle qu'au début de l’Eglise le « service des tables » confié aux premiers diacres a été institué pour une distribution équitable de la nourriture et l'apaisement des querelles. Il relève que les tables prennent toujours une place de choix dans la mise en œuvre de la diaconie : tables d'hospitalité pour les exclus, tables du partage pour les affamés, tables de la parole pour les sans voix.

Ce livre, court (110 pages) et vivant, aidera chacun à comprendre la mesure et l'enjeu de cette mission.

 

Référence de la bibliothèque : 232

 

Chemin de prière, l'aventure continue

ignace%20de%20loyola.jpgPar un beau samedi matin d'automne, la petite dizaine des participants au chemin de prière se retrouve à nouveau, après la trêve estivale. C'est la seconde rencontre après ce beau chemin de prière parcouru pendant le temps pascal. Se retrouver ensemble pour faire confiance à Celui qui est toujours là et qui nous aime. Voilà le but recherché. Pour ce faire, avec notre peu de moyens et sous l'impulsion du père Dominique, quelques participants ont constitué un groupe de préparation pour ce moment de grâce. Pour rester dans la simplicité de la démarche, l'évangile du dimanche a été choisi comme support de prière. Nous appliquons la méthode du dialogue contemplatif à savoir la découverte du texte pas à pas où chacun peut exprimer ce qui le touche, ce qui le questionne. Un temps de silence pour s'imprégner de la voix du Seigneur puis de nouveau, nous exprimons notre rencontre avec le Seigneur, cette fois nourrie des paroles partagées lors du premier acte. Temps de silence suivi d'un chant et d'une prière de l'Eglise. C'est court, c'est simple, mais "c'est intense" selon l'avis d'une participante à la fin de la prière. Nous appliquons ainsi une des méthodes préconisées par Saint Ignace de Loyola au travers des exercices spirituels. Ceux-ci nous fournissent un cadre solide dans lequel nous pouvons, à plusieurs ou individuellement, nous mettre en présence du Seigneur pour Lui parler, Le prier ou simplement Le contempler. Tout cela nous donne beaucoup de joie, au point de fixer d'autres rendez-vous les samedis 9 novembre et 14 décembre prochains de 10h à midi. Amis de prière, n'hésitez pas à nous rejoindre à ces dates afin de participer à cette joie de prière, d'autant plus qu'à cette occasion, Père Dominique fera un rappel sur les méthodes préconisées. Appliquons ce vieil adage : plus on est nombreux, plus on est fou. Avec le Seigneur en prime !

Cong-Dong Le

 

AG de l'APEABE

Le 14 novembre, Assemblée générale de l'Association des Parents de l'Aumônerie de Bussy et ses Environs, APEABE, dans la grande salle du centre pastoral de Bussy, de 20h30 à 21h30. Tous les parents qui ont inscrit leurs enfants, de la 6eme à la Terminale, ont droit de vote. Tout paroissien qui souhaite aider au niveau matériel (réparation de tentes, transports, etc), ou au niveau administratif (comptabilité, demande de subventions, tenue de fichiers, etc), peut adhérer et prendre part aux actions en appui des adolescents et des jeunes des aumôneries. La bonne volonté pour s'engager en appui des jeunes est le seul critère nécessaire, et toutes les compétences sont bienvenues. A l'ordre du jour du 14 novembre : rapport d'activités, rapport financier, renouvellement du Conseil d'Administration et du Bureau. Pour toute information préparatoire, contacter le Président, M Jean-Philippe Clément. A très bientôt.

 

______________________________________________________________________________________________________________________

PAGE des JEUNES PAJ.png

 

Témoignages : Les jeunes de l'aumônerie à Taizé

e63809d7-74e7-4b64-8a57-a7b00f46a7a7.JPGNous sommes partis de bon matin à 9h45 le jeudi 24 octobre pour notre pèlerinage à Taizé. Bien que le rendez-vous fut trop tôt (7h30 !), nous sommes montés en car dans la bonne humeur avec l’aumônerie du Val Maubuée. A l'arrivée, nous avons été gentiment accueillis par une jeune animatrice.

Un moment intense du pèlerinage : la vénération de la Croix le vendredi soir. Après une longue attente, nous nous sommes agenouillés devant la croix et avons posé notre front dessus afin de déposer nos prières.

Le lendemain, pour la prière du soir, nous avons reçu des cierges qui ont été allumés par les enfants, puis nous nous sommes transmis la lumière les uns aux autres. C’était la prière pour la paix dans le monde.

Nous avons vécu de belles rencontres et des temps spirituels émouvants. Nous avons partagé de vrais moments de complicité ainsi que de nombreux temps forts comme la veillée des lumières.

 

Le témoignage des jeunes

" Durant ce séjour à Taizé, j’ai aimé rencontrer des gens ayant les mêmes valeurs que moi ainsi que l’ambiance générale des lieux. Cependant je n’ai pas apprécié la nourriture mais cela m’a appris à me contenter de ce que j’ai. Le partage est donc capital et est au cœur de toute activité." CMSR

" Ce pèlerinage m’a permis de me rapprocher plus de Dieu. Je le remercie de m’avoir conduit jusqu’ici. J’ai pu rencontrer de nouveaux amis. Cependant, je me suis ennuyé de temps en temps. " DC

" Ce pèlerinage m’a rapproché de plusieurs personnes que je connaissais déjà et que j’ai réellement appris à connaître pendant ce voyage. J’ai apprécié le fait d’être en bonne entente avec tout le monde. Vivre en communauté était une bonne expérience. " G.

" A Taizé, ce n’est pas qu’un pèlerinage, c’est aussi des prières, des rencontres, partager, s’amuser, chanter, jouer à l’OYAK. J'ai aimé les rencontres, les prières, les soirées, les services, ça nous a rapprochés. La seule chose que je n’ai pas trop aimée c’est la nourriture. " AM

" Pendant ce séjour à Taizé, j’ai vécu plein de bons moments. J’étais déjà venu l’année dernière. Ce fut une expérience inoubliable donc j’ai décidé d’y revenir cette année afin de replonger dans cette ambiance. J’ai fait deux fois plus de rencontres car il y a un an, j’étais encore un peu réservé. Mais je me suis dit que cette fois j’allais m’ouvrir aux autres. J’ai rencontré les jeunes de Coulommiers, Goussainville, Poitiers, et Grenoble. Grâce à la réflexion biblique nous avons pu discuter sans gêne entre nous et dans la bonne humeur. Les temps de prière étaient intenses, surtout quand nous avons prié sur la croix et avons allumé les bougies. Les chants sont toujours magnifiques. Les soirées à l’OYAK étaient festives. Taizé est une expérience à vivre ; elle nous permet d’être en relation avec le Seigneur, de prier dans le calme ensemble, d’approfondir notre foi en DIEU. C’est aussi un bel endroit pour rencontrer d’autres jeunes, discuter avec eux et partager de bons moments. Vive Taizé !!! " Kenny

" Taizé est un endroit où le calme, le silence et les rires règnent. Ce que je retiens, c’est l’ambiance que l’on y trouve. La vie en communauté est rythmée par les2019-10-29-TAIZE.jpg chants et la musique. On en retrouve partout : dans les dortoirs, dans les douches, à l’OYAK et dans l’église lors des prières. J’ai beaucoup apprécié ces moments où on peut se retrouver avec soi-même. La Source St Etienne est un lieu à voir si on aime la beauté de la nature et si on souhaite se ressourcer. Le seul bémol : le réveil à 7h du matin, pour une grande adepte de la procrastination. Néanmoins, ce pèlerinage m’a permis de trier mes pensées et de grandir dans ma foi. " CL

" A Taizé, j’ai aimé les rencontres faites grâce aux prières, aux temps de partage avec d’autres jeunes de paroisses différentes, les services (pas très agréables mais entre jeunes c’était amusant), l’ambiance pleine de gaîté. Nous nous entendions tous bien, bien que nous ne nous connaissions pas (tout le monde parlait avec tout le monde). L’ambiance de Taizé est unique. " Eléna Ferreira

" A Taizé, j’ai aimé l’ambiance et la vie de Jésus Christ. J’ai rencontré la joie, le bonheur et aussi beaucoup de personnes dont certaines venaient de Goussainville. Je me suis fait des amis. J’ai aimé la nourriture. C’est un séjour où l’on devient proche les uns des autres. Nous avons participé à des services (le nettoyage) avec d’autres groupes d’aumônerie. Merci Père Michel. " BC

" Taizé n’est pas qu’un voyage spatial, c’est aussi un voyage dans la foi. Nous partons à la découverte d’une autre facette de la croyance en priant différemment avec les frères. Le partage est au cœur de tout, partage de la nourriture, des affaires, mais aussi de la Parole. Les échanges sont très intéressants et enrichissants. Nous devenons proches les uns des autres et nous nous faisons des amis inoubliables. A Taizé nous élargissons notre vision du monde et notre culture, avec des personnes de divers pays et des chrétiens de confessions différentes : catholiques, protestants et orthodoxes. La prière est agréable et solennelle. " RC

 

______________________________________________________________________________________________________________________

VIE PAROISSIALE

 

L’équipe Funérailles du Pôle missionnaire : activité et perspectives.

Par Jean Dupuis

DSC_8660.JPGDans notre pôle missionnaire, comme dans beaucoup de paroisses, plusieurs laïcs ont reçu la mission de préparer et d'animer les célébrations de funérailles. Parfois ils assistent le prêtre qui préside la célébration. Parfois ils la président eux mêmes, en l'absence de prêtre.

Ces laïcs (Anne-Marie Carré, Marie-Thérèse Delanoe, Guilène Jouarre, Rosane Cambier, Bernadette Barthollet, Michel Gontran et Jean Dupuis) sont groupés dans une équipe qui a été présentée à la communauté paroissiale à l'occasion de la messe de rentrée.

L’équipe animera le 2 novembre la messe des défunts, à l’église de St Thibault.

Depuis quelques années les équipes Funérailles des 2 pôles ont pris l'habitude de se réunir deux fois par an.

 

La dernière réunion s'est tenue le 8 octobre au monastère St Joseph de Brou, avec les pères Alain Gambart (Lagny) et Dominique Fontaine (Bussy).

Nous avons d'abord médité sur un passage de St Luc (XII, 35-40), où Jésus nous demande d'attendre le Maître en revêtant la tenue de service. C'est la béatitude de la disponibilité. Heureux ceux qui attendent ainsi : le Maître revêtira à son tour la tenue de service et les fera asseoir à sa table. Ils peuvent attendre dans la sérénité le jour inconnu où le fils de l'Homme viendra.

Pour aider les familles nous essaierons de leur expliquer que tous ceux qui servent au sens de l’Évangile seront invités à la table du Père.

Plusieurs points sont ensuite abordés :

Nous exerçons une mission d’Église, au nom de la communauté chrétienne. Il est donc important que la personne chargée de la « présidence » soit accompagnée d'une autre personne de l’équipe funérailles, et si possible d'un(e) représentant(e) de l'équipe de proximité ou de la communauté paroissiale.

Nous avons réfléchi sur le choix des textes à lire pendant la cérémonie.

Ce choix est fait par la famille, mais au cours de la rencontre de préparation on peut l'aider à choisir en fonction de ce qu'elle dit. S'ensuit un échange pour identifier les textes les plus souvent choisis, et pour constater aussi que certains autres sont rarement choisis mais conviennent très bien aux funérailles.

Nous nous posons beaucoup de questions sur le « commentaire » succédant à la lecture de l’évangile. Comment se faire comprendre ? Comment relier ce commentaire à ce qui nous a été dit par la famille ? Il serait utile d'organiser une réunion sur ce sujet, au cours de laquelle nous partagerions sur des commentaires qui ont été faits par telle ou tel d'entre nous.

Une mission d’Église, au nom de la communauté chrétienne

Nous sommes appelés dans le service des funérailles à suivre ce qui est demandé par notre évêque : « la délicatesse pastorale, la bienveillance fraternelle et la proximité missionnaire ». Nous avons à faire passer le message de l’Église, et pas le nôtre. Ce à quoi Dieu nous appelle, c'est avoir une attitude de service, comme nous l'avons vu dans le commentaire du passage précité de Luc. Cela suppose beaucoup d' attention et de compréhension à l'égard des proches. Certes il est difficile d'animer un office quand personne ou presque ne participe. Mais il ne faut pas se décourager : sachons garder une attitude compréhensive et fraternelle à l'égard de personnes qui sont dans la tristesse ou le respect humain. C'est ainsi que nous respecterons l'appel de notre évêque. Nous nous efforcerons de le faire tout au long de la nouvelle année liturgique.

 

Une soirée de débat sur la bioéthique le 7 novembre

Notre pays est depuis plusieurs mois engagé dans un processus de révision des lois de bioéthique. Certains en ont entendu parler, d'autres pas... Qu'est-ce que la bioéthique ? L'Eglise condamne t'elle la PMA ?... Voici quelques unes des questions posées par des paroissiens et à partir desquelles nous avons échangé lors d'une rencontre début octobre à Bussy. Nous avons pris conscience de ces sujets délicats qui nous touchent en profondeur, car ils touchent à la vie, la procréation, la filiation, la solidarité. Chacun avec son histoire personnelle et ses engagements est plus ou moins sensible à tel ou tel sujet. Certains ont pu exprimer, avec parfois beaucoup d'émotion, leur questionnement ou leur inquiétude, dans un climat d'écoute bienveillante.

Depuis, le projet de loi vient de passer en première lecture à l'Assemblée nationale. Il va maintenant être débattu au Sénat.

Les EAP du Val de Bussy et du Val de Lagny proposent de nous retrouver jeudi 7 novembre de 20h30 à 22h à Lagny (salle St Furcy) pour continuer nos échanges. Quelles questions éthiques posent la PMA en général et en particulier la PMA pour toutes ? La GPA n'en sera t-elle pas la suite logique dans quelques années ? Qu'y a-t-il d'autre dans ce projet de loi ? Quelles conséquences pour notre société ? Quelle est la parole de l'Eglise sur ces sujets ? 

Vous êtes tous les bienvenus, que vous soyez déjà venus à la rencontre de Bussy ou non ; nous en reprendrons les grandes lignes avant de poursuivre notre réflexion.

Emmanuelle Teng

 

Un grand repas fraternel dans l’église le 17 novembre

Par Père Dominique

Depuis deux ans, le pape François nous invite à faire du 3ème dimanche de novembre une journée mondiale des pauvres. Elle tombe encore une fois cette année sur le dimanche du Secours Catholique. 

2017%2011%2019_13%2001%2022_jmf_dsc09542.jpg

Après la journée du refus de la misère le 17 octobre, dont nous parle dans ce numéro le père Michel (voir page 2), le 17 novembre sera encore une journée fraternelle à vivre avec celles et ceux qui connaissent des difficultés de tous ordres.

L’équipe du Secours Catholique propose de refaire un repas fraternel dans l’église Notre Dame du Val. Dans quelques mois commenceront les travaux d’agrandissement de la maison paroissiale. Nous aurons alors deux grandes salles et une cuisine où nous pourrons proposer des repas pour environ 200 personnes. Mais en attendant, l’église est le seul endroit où nous pouvons réunir beaucoup de monde. Un tel repas fraternel, qu’on appelle aussi une Table ouverte paroissiale, avait déjà été organisé il y a deux ans pour la première édition de cette journée mondiale. Les Scouts et Guides de France avaient participé à l’organisation et au service du repas. Tous les participants avaient été heureux. On avait bougé les bancs, installé et décoré des tables dans ce lieu de prière. Cela nous a rappelé que dans la Bible et particulièrement dans les Evangiles, les repas sont des moments spirituels intenses. Jean Dupuis nous le rappelle dans ce numéro page 3, à partir de la phrase du psaume « Tu as dressé devant moi une table ». C’est ce que nous vivrons le dimanche 17 novembre après la messe de 11h.

Vous êtes tous invités, familles accompagnées par le Secours Catholique, paroissiens, amis ou voisins que vous avez envie d’inviter. Ceux qui le peuvent apportent un plat à partager. On le sait bien, il y a toujours assez pour tout le monde dans ce genre de repas partagé.

Les Scouts participeront à l’animation de la messe et après le repas auront un temps de découverte de réalités de pauvreté près de chez nous et dans le monde.

Retenez donc la date et d’ici là, méditons sur le message du pape François à l’occasion de cette journée.

L’équipe du Secours Catholique

 

Un message du pape François à méditer

Pour la journée mondiale des pauvres, le pape a écrit un beau message, qui peut nous faire réfléchir en ce temps de la Toussaint, à partir de la béatitude « Heureux les pauvres »

Après la journée du refus de la misère le 17 octobre, dont nous parle dans ce numéro le père Michel (voir page 2), le 17 novembre sera encore une journée fraternelle à vivre avec celles et ceux qui connaissent des difficultés de tous ordres.

L’équipe du Secours Catholique propose de refaire un repas fraternel dans l’église Notre Dame du Val. Dans quelques mois commenceront les travaux d’agrandissement de la maison paroissiale. Nous aurons alors deux grandes salles et une cuisine où nous pourrons proposer des repas pour environ 200 personnes. Mais en attendant, l’église est le seul endroit où nous pouvons réunir beaucoup de monde. Un tel repas fraternel, qu’on appelle aussi une Table ouverte paroissiale, avait déjà été organisé il y a deux ans pour la première édition de cette journée mondiale. Les Scouts et Guides de France avaient participé à l’organisation et au service du repas. Tous les participants avaient été heureux. On avait bougé les bancs, installé et décoré des tables dans ce lieu de prière. Cela nous a rappelé que dans la Bible et particulièrement dans les Evangiles, les repas sont des moments spirituels intenses. Jean Dupuis nous le rappelle dans ce numéro page 3, à partir de la phrase du psaume « Tu as dressé devant moi une table ». C’est ce que nous vivrons le dimanche 17 novembre après la messe de 11h.

Vous êtes tous invités, familles accompagnées par le Secours Catholique, paroissiens, amis ou voisins que vous avez envie d’inviter. Ceux qui le peuvent apportent un plat à partager. On le sait bien, il y a toujours assez pour tout le monde dans ce genre de repas partagé.

Les Scouts participeront à l’animation de la messe et après le repas auront un temps de découverte de réalités de pauvreté près de chez nous et dans le monde.

Retenez donc la date et d’ici là, méditons sur le message du pape François à l’occasion de cette journée.

 

_____________________________________________________________________________________________________________________

AGENDA

 

Pensez-y !

Dimanche 17 novembre 20192017 11 19 13 01 22 j fmt1
à 12h30 dans l'église Notre Dame du Val

REPAS FRATERNEL
Avec le Secours Catholique et les Scouts
ouvert à tous

 

Mardi 5 novembre
Réunion de l'EAP
à 20h30 à NDV

Jeudi 7 novembre
Soirée sur la bibliothèque
à 20h30 à la salle St. Furcy, Lagny,
35 rue du 27 août

Samedi 9 novembre
Prière dans la vie 
à 10h à l'Oratoire NDV

Equipe Regain (personnes séparées ou divorcées)
à 20h30

Dimanche 10 novembre
Aumônerie des jeunes,
Matinée de la paix
à 9h30 à NDV

Mardi 12 novembre
Equipe de proximité de Montévrain
à 20h30 chez B&R Vernay

Jeudi 14 novembre
Assemblée générale de l'APEABE
(association des parents d'aumônerie)
à 20h30 à NDV

Dimanche 17 novembre
Réunion des équipes de proximité
à 8h45 à NDV

Repas fraternel dans l'église NDV
Avec le Secours Catholique et les Scouts
ouvert à tous à 12h30

Jeudi 21 novembre
réunion des EDC (Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens)
à 20h

Vendredi 22 novembre
Réunion de l'équipe liturgique
(animateurs et musiciens)
à 19h à NDV

Samedi 23 novembre
Son et lumière à l'église ND des Ardents
à 20 h à Lagny

Dimanche 24 novembre
Messe des 1000 ans de l'église ND des Ardents à lagny
à 11 h et visite guidée

Rassemblement des collégiens à Meaux

Dimanche 1er décembre
KT dimanche
à 9h30 à NDV

 

Horaires des messes

Les messes en semaine :

Mardi et jeudi 19 h 00 N.D. du Val
Mercredi 18 h 30 N.D. du Val

Chaque vendredi à 12h15
En période scolaire :
Centre Scolaire Maurice Rondeau
Hors période scolaire :
Oratoire Notre Dame du Val

Adoration eucharistique:
Jeudi 19 h 30 N.D. du Val
Vendredi 15 h N.D. du Val

 

NOVEMBRE 

Fête de la Toussaint
Vendredi 1er
11 h 00 N.D. du Val

Messe des défunts

Samedi 2
18 h 30 Saint-Thibault

Dimanche 3
9 h 30 Chanteloup
11 h 00 N.D. du Val

Samedi 9
18 h 30 Montévrain

Dimanche 10
11 h 00 N.D. du Val

Messe pour la Paix, avec le Souvenir Français

Lundi 11
10 h 30 Bussy St Martin

Messe de la Saint-Martin et commémoration de l’Armistice

Samedi 16
18 h 30 Collégien

Dimanche 17
11 h 00 N.D. du Val

Journée Mondiale des Pauvres avec le Secours Catholique

Samedi 23
18 h 30 Ferrières en Brie

Dimanche 24
9 h 30 Guermantes
11 h 00 N.D. du Val

Fête de la Sainte Cécile avec le Conservatoire

Samedi 30
18 h 30 Saint-Thibault

 

DECEMBRE

Premier dimanche de l'Avent

Dimanche 1er
9 h 30 Pas de messe
11 h 00 N.D. du Val

Samedi 7
18 h 30 Montévrain

Dimanche 8
11 h 00 N.D. du Val

 

______________________________________________________________________________________________________________________

Un temps pour prier

 

Nous te louons, Père avec toutes tes créatures,photo%20priere%20DSC03648.JPGqui sont sorties de ta main puissante.
Elles sont tiennes, et sont remplies
de ta présence comme de ta tendresse. Loué sois-tu.

Fils de Dieu, Jésus, toutes choses
ont été créées par toi.
Tu t’es formé dans le sein maternel de Marie,
tu as fait partie de cette terre,
et tu as regardé ce monde avec des yeux humains.
Aujourd’hui tu es vivant en chaque créature
avec ta gloire de ressuscité. Loué sois-tu.

Esprit Saint, qui par ta lumière orientes
ce monde vers l’amour du Père
et accompagnes le gémissement de la création,
tu vis aussi dans nos cœurs
pour nous inciter au bien. Loué sois-tu.

Ô Dieu, Un et Trine,
communauté sublime d’amour infini,
apprends-nous à te contempler
dans la beauté de l’univers,
où tout nous parle de toi.
Éveille notre louange et notre gratitude
Pour chaque être que tu as créé.
Donne-nous la grâce de nous sentir intimement unis
à tout ce qui existe.
Dieu d’amour,
montre-nous notre place dans ce monde
comme instruments de ton affection
pour tous les êtres de cette terre,
parce qu’aucun n’est oublié de toi.
Illumine les détenteurs du pouvoir
et de l’argent pour qu’ils se gardent
du péché de l’indifférence, aiment le bien commun,
promeuvent les faibles,
et prennent soin de ce monde que nous habitons.

Les pauvres et la terre implorent :
Seigneur, saisis-nous par ta puissance
et ta lumière pour protéger toute vie,
pour préparer un avenir meilleur,
pour que vienne ton Règne de justice,
de paix, d’amour et de beauté. Loué sois-tu.

Amen

Cette prière termine l’encyclique Laudato’Si
du pape François.
A l’issue du synode de l’Amazonie,
elle est vraiment d’actualité

 

________________________

O Seigneur notre Dieu

qu’il est grand ton nom
par tout l’univers."

(Psaume 8)
________________________ 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

*