Notre-Dame du Val Info Mai 2019

VERSION IMPRIMABLE

 

BARTRES4.jpg

Bergerie de Bartrès où Bernadette gardait les moutons

EDITO

Marie nous attendait à Lourdes avec Bernadette

J’avais promis que, quand j’aurais terminé ma mission comme aumônier national du Secours Catholique, j’emmènerais les paroissiens de Bussy et Lagny à la Cité St Pierre de Lourdes, car je désirais vous faire partager ce qui se vit dans ce lieu extraordinaire. Nous étions donc 130 pèlerins, en majorité de Bussy, de tous âges, de 6 à 88 ans !

Bernadette avait voulu un lieu pour accueillir les pèlerins pauvres. C’est seulement 100 ans après que la Cité St Pierre a été construite, où on a voulu que les pauvres soient accueillis aussi bien qu’à l’hôtel. Un exemple, les lits sont faits quand on arrive.

Au moment où l’Eglise traverse des turbulences, nous pouvons être fiers de la façon dont notre Eglise accueille à Lourdes les personnes en fragilité, ainsi que les malades dans les accueils de l’Hospitalité que nous avons visités et qui sont si fonctionnels et accueillants.

Les pèlerinages sont des moments privilégiés où se constitue une communauté paroissiale, où nous avons le temps de nous retrouver entre générations, cultures et façons de vivre la foi différentes. Nous sortons de chez nous pour cheminer ensemble dans la foi et la découverte du Christ, nous nous soutenons les uns les autres, en particulier les plus fragiles qui sont mis à l’honneur.

Dans un pèlerinage à Lourdes, nous découvrons particulièrement que les pauvres nous évangélisent. Lourdes c’est Bernadette, la plus pauvre et la plus ignorante, à qui Marie a révélé qui elle est. Marie, la première en chemin, qui révèle à Bernadette la source de vie présente au fond de la grotte de nos existences.

Nous consacrons quatre pages de ce numéro pour tenter de vous partager cette joie communautaire que nous avons vécue. N’hésitez pas à interroger les participants, car chacun a vécu des moments spirituels forts.

Notre Dame de Lourdes, Notre Dame du Val, Notre Dame des Ardents, Notre Dame de Paris… Confions à Marie ce mois de mai où nous allons vivre ensemble des professions de foi, des premières communions, des baptêmes et la préparation des confirmations.

Père Dominique

______________________________________________________________________________________________________________________

VIE PAROISSIALE                                                                       Pélerinage Lourdes 2019

Le Pèlerinage à Lourdes de notre Pôle missionnaire

Voici un reportage de 4 pages sur le Pèlerinage de Pôle que nous avons vécu du 1er au 5 mai à Lourdes, il vous permettra de découvrir un peu ce que nous avons vécu.  

Reportage de Patrick Mannier

Nous logions à la Cité St Pierre du Secours Catholique, où sont accueillis des pèlerins de tous pays qui n’ont pas beaucoup de moyens. Animé par de nombreux bénévoles, c’est un lieu privilégié, en pleine nature, en dehors de la ville mais tout près des sanctuaires. Une ambiance extraordinaire de paix et de service, qui a fait que des jeunes de notre groupe se sont proposés spontanément pour aider au service des repas.

Nous avons vécu une belle messe tous les jours, dont une sous la pluie à la grotte, où nous avons dit et laissé les nombreuses intentions de prière que les paroissiens avaient écrites. Nous avons présenté à la grotte un tableau de la Vierge à l’enfant de Patrick (que nous avons laissé en remerciement à la Cité St Pierre), ainsi qu’une icône de Marie peinte par un demandeur d’asile syrien de Bussy.

Le chemin de Croix dans la montagne a été un grand moment le vendredi après midi, avec des références à la passion de Bernadette, qui a souffert avec le Christ durant sa maladie.

Deux grandes promenades ont été proposées, vers Bartrès où Bernadette a été en nourrice et est revenue comme fille de ferme les mois précédant les apparitions, ainsi qu’au Pic du Jer, culminant à 900m, avec un magnifique panorama au sommet. Bravo aux randonneurs de tous âges.

Nous avons pu aussi suivre les pas de Bernadette dans Lourdes, entre le moulin de Boly où la famille Soubirous a vécu heureuse pendant 10 ans, le Cachot où ils étaient réduits à vivre au moment des apparitions, le baptistère où Bernadette a été baptisée, le presbytère où elle a annoncé au curé les paroles de « la Dame ».

Enfin, au retour le dimanche, nous sommes passés par Rocamadour, où se trouve une Vierge noire. Nous y avons célébré l’eucharistie dans la magnifique crypte médiévale. Quelle belle façon de commencer le mois de Marie ! 

lourdes 2019Lourdes2 2019

 

Hommage au Père fondateur

rodhain.jpgMieux connaitre l’origine du Secours Catholique et de la Cité Saint Pierre, c’est ce que Dominique Fontaine a entrepris. Il nous a brossé les étapes de la vie de Mgr Jean Rhodain, inhumé en ce lieu en 1977. A voir comment fonctionne aujourd’hui cette association formidable, il est certain que de là-haut il continue à veiller sur son œuvre, lui qui rappelait que : « la charité d’aujourd’hui doit préparer la justice de demain »

 

 

De Saint Jacques à la coquille                                                                                Pélerinage Lourdes 2019

patrick%202.JPGAu cours de notre pèlerinage plusieurs activités nous ont été proposées, dont celle des coquilles Saint Jacques ! Non il ne s’agit pas de recettes culinaires mais d’art plastique expliquant l’histoire de ce bivalve à des fins spirituelles. Patrick a piloté cette activité consistant à décorer sa coquille pour l’arborer sur son sac lors de notre arrivée à Rocamadour,sanctuaire marial sur le chemin de Saint Jacques. Il nous explique : « Au Moyen Âge, les prêtres demandaient aux fidèles de se rendre en pèlerinage à Saint Jacques de Compostelle, comme démarche de pénitence. Afin d’apporter la preuve que leur pèlerinage avait bien atteint sa destination finale, les pénitents ramenaient un souvenir du lieu. Ils ont pris coutume de rapporter une coquille Saint Jacques trouvée sur place, et la présentaient à leur retour, comme preuve de l’accomplissement de leur voyage.

Au début, les pèlerins qui souhaitaient se procurer une coquille Saint Jacques devaient aller au delà du tombeau de Saint-Jacques, et continuer leur chemin jusqu’au Cap Finisterre, à l’ouest de la Galice. Mais à partir du XIIe siècle, attirés par la manne que représentaient les pèlerins, des marchands ont commencé à vendre des coquilles près de la cathédrale.

Pour les pèlerins, la coquille Saint-Jacques n’était pas simplement un souvenir. Elle avait une utilité pratique et servait de bol pour se nourrir et boire.6ff83498-8ab5-48f9-a3cf-067f4b520c3f.JPG

La coquille est devenue un symbole du pèlerinage chrétien. Elle signifiait le voyage des fidèles vers le Ciel, en évocation de la Lettre aux Hébreux : « sur la terre nous sommes des étrangers et des voyageurs » (Lettre aux Hébreux 11, 13). 

Dans cet esprit, la coquille Saint Jacques est utilisée pour administrer le sacrement du baptême. Elle est un outil pratique pour verser l’eau sur le catéchumène et elle porte aussi cette symbolique du pèlerinage. Le baptême est le début du voyage chrétien. C’est la raison pour laquelle la coquille Saint Jacques est souvent représentée artistiquement dans les baptistères ou sur les fonts baptismaux. L'avez-vous remarqué à Notre-Dame du Val ? Cet atelier a été tellement prisé que non seulement il a fallu le renouveler deux jours après mais les coquilles sont venues à manquer ; merci à nos artistes !

 

La veillée de Profession de Foi :                                                                           Pélerinage Lourdes 2019

PROFESSION%20DE%20FOI.jpgPROFESSION%20DE%20FOI0.jpg

Les jeunes de 5ème avaient été invités au pèlerinage avec leurs parents pour y vivre leur retraite de profession de foi avec la communauté. Durant la veillée du 3 mai, après les nouveaux baptisés adultes, ils ont exprimé, avec des mots à eux, leur profession de foi en Dieu, le Père, le Fils et l'Esprit. Puis, leurs parents leur ont remis la croix et le cierge. Le lieu de la Cité Saint Pierre était propice à cet événement ; car c’en est un que d’exprimer sa foi devant la communauté en pèlerinage. Et nos ados engagés l’ont fait avec conviction en mettant en scène le reniement de Pierre. On ne peut ignorer la portée de ce passage de l’évangile qui en dit long sur la qualité intérieure de l'engagement et de la confiance dans le Christ. Pour cette fraicheur apportée, merci à nos jeunes. 

 

TémoignagePourquoi je me suis immergé dans la piscine de Massabielle   Pélerinage Lourdes 2019

Par Patrick Mannier

patrick.JPG

Cette immersion individuelle et volontaire dans une de ces piscines de Massabielle m'a interpelé. Au début je pensais qu’il s’agissait juste d’un acte de piété et d’humilité. C’est vrai, mais ça dit bien davantage !

Alors j’ai relu la vie de sainte Bernadette à l’éclairage des apparitions, et j’ai découvert qu’à la huitième apparition, Bernadette, à la demande de la sainte Vierge, a creusé le sol de ses mains, au pied du rocher, lieu qui deviendra la source.

A la demande de la Dame, Bernadette ramassa aussi un peu d’herbe qu’elle trouva dans la grotte dont elle mangea quelques feuilles

Pourquoi ces gestes ? Actes de pure et humble obéissance, mais aussi une symbolique en acte : pour conserver Bernadette dans l’humilité et pour qu’elle ne puisse tirer gloire des apparitions. Signe de pénitence et de purification aussi. Par ailleurs, manger une herbe amère n’est pas non plus un geste insensé : on peut y voir une référence à l'épisode biblique où Dieu dit à Moïse : « cette nuit là on mangera des herbes amères » (Exode 12,8).

Marie ne met pas à jour la source elle-même, mais la dévoile par l’entremise de Bernadette, ce qui signifie qu’elle réclame notre coopération pour nous guider vers le mystère divin : quand la source se met à couler, elle commence à libérer les matières boueuses avant de devenir une onde claire. Pour moi aussi, la boue de mes péchés s’évacue et l’eau me purifie ; il n’aura fallu de ma part qu’un petit acte de foi !IMG_7322.jpg

Et cela approfondit ma connaissance de Dieu : l’injonction de Marie « Allez boire à la fontaine et vous y laver » rappelle le prophète Isaïe qui disait « vous tous qui avez soif, venez, voici de l’eau ». Les apparitions de Lourdes ont une résonance biblique étonnante : le rocher de Massabielle rappelle le rocher que Moïse perça pour abreuver le peuple. Ce lieu « Massa » qui signifie « discorde » devient pour nous, par Marie, lieu de rassemblement dans la foi.

La source évoque aussi l’eau qui s’écoule du côté transpercé du Christ et les fleuves d’eau vive réservés à ceux qui ont foi en Lui (Jn 7, 37). Celui qui vient à boire à cette source n’est pas seulement abreuvé, il est transformé intérieurement « celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura plus jamais soif ; elle deviendra en lui source jaillissante en vie éternelle » (Jn 4,14).

Le prophète Zacharie mentionnait déjà que « En ce temps là une source jaillira pour la maison de Dieu et pour les habitants de Jérusalem (Zach 13,1).

Et St Paul nous le confirme : « Tous ont bu la même boisson spirituelle ; ils buvaient au rocher spirituel qui les accompagnait et ce rocher était le Christ ! » (1 Cor 10,4). Marie nous conduit toujours vers son Fils !

La source évoque également un miracle rapporté dans l’évangile de Jean (9, 1-41) où Jésus, voyant un aveugle-né, fit de la boue avec sa salive et en enduisit ses yeux ; puis il lui dit : « Va te laver à la piscine de Siloé » Il s’y rendit, se lava et recouvra la vue !

Il est remarquable que, dans l’enseignement de l’Eglise, le thème de la re-création dans l’eau illustre notre naissance à la vie divine par le baptême.

Toute l’économie du Salut part en effet de la création, notamment de celle dont l’harmonie a été détruite par le péché de l’homme, mais dont la Bible nous assure, tout au long de l’Ancien Testament, quelle sera restaurée dans un état nouveau.

Dans la tradition biblique, l’eau apparait donc comme l’élément qui donne la vie, et le Christ lui-même utilise cette image quand il s’adresse à la samaritaine : « Si tu savais le don de Dieu et qui est celui qui te demande à boire ! C’est toi-même qui lui aurais demandé de l’eau et Il t’aurait donné de l’eau vive ! » (Jean,4, 10-14).

L’eau est également l’élément qui rend la vie : en citant le passage de la mer rouge par les Hébreux, Saint Paul y voit une figure du baptême : « Nos pères sont passés à travers la mer, et tous ont ainsi reçu le baptême en Moïse » (1 Cor,10,1et2).eau%20lourdes.jpg

Enfin, l’eau lave, nettoie et purifie. Se référant au déluge, Saint Pierre nous dit : « Ce qui correspond au déluge, c’est le baptême qui nous sauve à présent ; il n’est pas la purification des corps, mais l’engagement envers Dieu d’une conscience droite, car Il nous sauve par la résurrection de Jésus-Christ ! » (1 Pierre, 3,21).

Ainsi, l’eau du baptême qui nous purifie en nous lavant du péché, rétablit en nous l’image de Dieu dans sa pureté originelle. S’agissant de ce fait d’une re-création, d’une nouvelle naissance, nous devons confesser avec St Paul que le chrétien est bien celui qui s’est dépouillé du vieil homme, c’est à dire de l’homme pécheur, pour revêtir l’homme nouveau, l’homme revêtu de la Grâce (Eph 4,20 – 1 Cor 5,17 – Rom 6,3) ! 

Le message de Marie à Massabielle nous enseigne aussi cela, pour ouvrir notre regard à tous et nous transformer intérieurement : c’est pour cela que je suis allé à cette piscine !

 

"La charité n'a pas d'heure"                                                                                Pélerinage Lourdes 2019          

Par le groupe de fraternité Soubirous      

Durant le Pèlerinage, chaque jour avait lieu une heure de partage en petits groupes appelés Fraternités. Le dernier jour, on était invité à écrire une charte de la Charité. Voici la charte qu’a rédigé une fraternité, qui s'est inspirée du slogan de Jean Rodhain : Charité n'a pas d'heure.

HORLOGE.jpg

A toute heure, l’accueil :

C’est l’affaire de tous, la mienne aussi !

- S’investir dans l’accueil. Ne pas attendre que l’on vienne vers moi, aller vers les autres.

- S’oublier au profit de l’autre, savoir sortir de sa zone de confort

- Porter attention à l’autre, s’inquiéter pour celui que l’on voit moins ou plus du tout

- Provoquer la rencontre : être inventif (organisation de repas partagé, sortie du sac, à l’issue d’une Eucharistie. La table ouvre la parole.

A toute heure, le partage :

" Le contraire de la misère ce n'est pas la richesse, le contraire de la misère c'est le partage " Abbé Pierre

- Savoir s’oublier au profit de l’autre

- Savoir garder un équilibre salutaire dans sa vie familiale, de couple, professionnelle ou associative

- Savoir se mettre au service en s’interrogeant sur ce que l’on peut donner : du temps, de l’amour, des biens matériels, de l’attention, de l’écoute, des compétences

- S’abstenir de tout jugement ou a priori.

- Laisser la joie de croire nous habiter et se transmettre dans les relations avec les autres.

A toute heure, la reconnaissance :CHAPELLE.jpg

« Personne n’est trop pauvre pour n’avoir rien à partager, personne n’est trop riche pour n’avoir rien à recevoir » (proverbe malgache repris au rassemblement Diaconia 2013 à Lourdes)

- SBAM : Sourire, Bonjour, Au revoir, Merci.

- Penser à dire merci pour les petites choses, les petits gestes, ça fait un bien fou à celui qui le reçoit.

- Savoir reconnaître et célébrer ce que fait l’autre : chacun fait selon ses possibilités

« Venez, approchez-vous, soyez bénis, soyez nourris. Venez, l’amour est partagé, chacun est digne, chacun est invité »

 La balance de la charité : Pour Jean Rodhain, l'Eucharistie soulève la planète

 

  

Témoignages :IMG_7774.jpg
« pourquoi ce pèlerinage ? »

Marie-Pia : « Pour rechercher une plus grande paix intérieure, ça fait partie d’une démarche de recherche… »,

Emmanuel : « pour moi c’est pour continuer à me construire » et « pour m’aider à prendre du recul »

Nathalie : « cela correspond à une recherche spirituelle associée aux rencontres toujours enrichissantes, recherche de pardon aussi pour panser des blessures plus profondes… »

Gabriel : « pour réaliser ce que je n’ai pas pu faire jusqu’à présent, aller au devant des autres, échanger et suivre la voie qui m’est présentée »

Valentine : « pour exprimer ma foi et ma reconnaissance envers Jésus »  

Clémence : « pour avancer dans la découverte de la foi »

Patrick : « pour répondre à un appel tout personnel, très intime, amoureux »

 

Interview: Quel sacré détour Dieu nous a fait emprunter pour aller jusqu’à sa rencontre

Par Cong Dong Le

La nuit de veillée pascale, Amar, Cindie, Gwénaelle, Jean-Baptiste, Marie, Solange et Vincent ,7 des catéchumènes de notre secteur pastoral ont reçu le sacrement de baptême. Que de chemins divers et variés nos baptisés ont empruntés pour arriver à cette soirée de grâce. Pour notre communauté, Cindie et Amar reviennent sur leur parcours atypique. Si les voies du Seigneur sont insondables, elles sont par contre pleines d’amour et d’espérance pour ceux qui Le cherchent

DSC_7830.JPG

Cong-Dong – Dieu, vous l’avez rencontré tout de suite ?

Cindie –Non, loin de là. Je suis issue d’une famille complètement athée. Cependant, au fond de mon cœur, je pense être toujours une catholique, ce qui m’a poussée à fréquenter l’aumônerie de mon école.Malheureusement, ma demande d’être baptisée à cette époque a été refusée pour « ne pas avoir assez prouvé ma foi ». Me sentant incomprise devant une telle exigence, petit à petit, je m’éloignais de Dieu et de son Eglise. J’ai continué à me rendre dans les églises mais sans réelles pratiques jusqu’à la rencontre de mon futur mari, fervent musulman et fier de l’être. Profondément éprise de lui, je le suivais dans ses pratiques de l’islam telles que faire les prières, porter le Hijab, faire des ablutions, lire le coran. Paradoxalement, ces pratiques me renvoyaient souvent à ma condition de chrétienne et je suis enfin persuadée que je ne peux être autre chose que catholique. Cela chagrine mon époux qui en tant que bon musulman aimerait bien «régulariser» notre union devant Dieu Mais en époux aimant, à son tour, il souhaite soudainement m’accompagner dans mon habitude de brûler un cierge, ou pour faire une prière puis finalement décide de m’accompagner pour de vrai dans l’église.

Amar – J’ai toujours été attiré par les églises depuis petit et l’accompagnement de Cindie dans son église a produit son effet. Le dimanche d’après, je demandai de suivre Cindie à la messe à l’église de Lagny. Impossible d’en expliquer les raisons, mais je me sentais bien dans cette église. Après cet évènement, entre moi et Cindie, c’était un long partage des questions et des tentatives de réponses. Puis est venu le temps de la relecture de la Bible, l’assistance plus assidue aux messes jusqu’au jour où je dis à Cindie mon profond désir d’être catholique et d’être uni comme mari et femme dans une église.

C-D. Etes-vous toujours seuls dans votre démarche ?

C. et A. – Passée la surprise, nous sommes guidés par le père Achille de Lagny qui nous a dirigés vers le groupe des catéchumènes de Notre Dame du Val où la rencontre avec le père Dominique et Mathieu ainsi que le groupe nous a permis d’être de plus en plus confirmés dans notre démarche en vue du baptême. Les réunions mensuelles, les partages d’évangile, le lien devenu authentique entre les participants (catéchumènes, parrains marraines et accompagnateurs), les rencontres diocésaines nous mettaient jour après jour sur le chemin vers Dieu. En plus, nous sommes de plus en plus assidus aux messes dominicales à Notre Dame du Val qui renforcent notre foi et notre désir de recevoir le baptême afin de pouvoir partager et communier comme chaque frère de notre communauté. Cette longue marche avec nos autre frères et sœurs en catéchuménat nous permet à l’un et l’autre d’ouvrir grand notre cœur. Nous sommes ainsi transformés dans notre propre amour dans notre couple mais aussi envers les autres .

C-D.- Que retenez-vous de cette nuit spéciale, la vigile pascale ?

C. et A. - La nuit de la veillée pascale, c’était l’apothéose. Quand l’eau de baptême coulait sur nos fronts, finies les craintes, les appréhensions. Nous sommes projetés dans une nouvelle famille, un nouveau cercle d’amis sous le regard plein de tendresse de Dieu notre Père. Ne parlons pas de notre échange de consentements devant Dieu et les hommes comme mari et femme. Main dans la main, nous nous avançons dans cette nouvelle vie où l’amour de Dieu n’a aucune limite .La communion avec les autres étaient très forte ce soir-là. Nos larmes de joie se mélangent avec les sourires d’encouragement de la communauté. Nous avons senti et vécu l’Eglise à ce moment. Nous nous sommes aimés mais cette démarche conjointe nous a rapprochés, renforcés et scellés dans l’amour de Dieu. Nous souhaitons de tout cœur faire partie de cette communauté de croyants qui nous soutient et nous réfléchissons à ce à quoi nous pouvons contribuer comme membres entiers de cette communauté.

 

Les demandeurs d’asile visitent l’Esplanade des Religions

IMG_5916.jpg

Le 2 avril dernier, nous avons invité une vingtaine de demandeurs d’asile qui sont au Bellagio à Bussy à venir visiter l’Esplanade des Religions. Nous les avons déjà accueillis à Notre Dame du Val, où ils ont écrit le mot Bienvenue dans leurs langues sur le panneau dans l’église. Ils étaient impressionnés de la beauté de notre église et ont pris beaucoup de photos. La visite à la synagogue a été une découverte pour eux. Mais c’est les pagodes bouddhistes qui les ont le plus intrigués, la plupart n’avaient jamais rencontré de bouddhistes. La proposition de calligraphier en chinois des phrases de sagesse a été pour eux un moment de paix et de recueillement. La visite de la mosquée a été aussi un grand moment, avec un couscous offert par nos amis de la mosquée. Cette journée a été aussi l’occasion de mettre en route des cours de français par le Secours Catholique, mais aussi par la mosquée.

 

______________________________________________________________________________________________________________________

AGENDA

 

Pensez-y ! prieres.jpg

Samedis 11 mai - 18 mai - 25 mai

Rencontres du chemin de priere

à 9 h 30 à NDV.

 

 

Samedi 11 mai

Première rencontre
du Chemin de prière
à 9h30 à NDV

Mardi 14 mai

Equipe de proximité de Montévrain,
à 20h30 chez la famille Vernay

Mercredi 15 mai 
Journée de retraite des enfants du KT 
pour la 1ère Communion

Jeudi 16 mai
Rencontre des deux EAP de Bussy et Lagny,

Rencontre des EDC 
(Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens)

Vendredi 17 mai
Rencontre de Mgr Nahmias avec les confirmands adultes du nord du diocèse
à 20h30 à NDV

Samedi 18 mai
Deuxième rencontre
du 
Chemin de prière
à 9h30, NDV

Mardi 21 mai
Equipe de proximité de Collégien
à l'église

Mercredi 22 mai
Réunion des parents du KT
module "Je crois en Dieu"

Jeudi 23 mai
Première rencontre de l'équipe de proximité
de Bussy St. Georges
à 20h30

Samedi 25 mai
Dernière rencontre
du 
Chemin de prière
à 9h30 à NDV

Réunion des parents du KT
module "Je crois en Dieu" 
à 10h30 à NDV

Mardi 4 juin
Equipe de proximité de Ferrières
à 20h30 à l'église

Vendredi 7 au lundi 10 juin
FRAT de Jambville
pour les collégiens de 4ème et 3ème

Samedi 8 juin
Confirmation des adultes
à 20h00, Cathédrale de Meaux

 

HORAIRES DES MESSES

Les messes en semaine :

Mardi et jeudi 19 h 00 N.D. du Val
Mercredi 18 h 30 N.D. du Val

Chaque vendredi à 12h
En période scolaire :
Centre Scolaire Maurice Rondeau
Hors période scolaire :
Oratoire Notre Dame du Val

Adoration eucharistique
Jeudi 19 h 30 N.D. du Val
Vendredi 15 h N.D. du Val

MAI

Samedi 11 
18 h 30 Saint-Thibault

Dimanche 12 
9 h 30 Montévrain
11 h 00 N.D. du Val

Samedi 18
18 h 30 Guermantes

Dimanche 19 
9 h 30 Collégien
11 h 00 N.D. du Val

Samedi 25
18 h 30 Bussy Saint Martin

Dimanche 26 
9 h 30 Ferrières-en-Brie
11 h 00 N.D. du Val

Ascension

Jeudi 30
11 h 00 N.D. du Val

JUIN 

Samedi 1er
18 h 30 N.D. du Val

Dimanche 2
9 h 30 Chanteloup
11 h 00 N.D. du Val

Week-end de Pentecôte

Samedi 8
18 h 30 Saint-Thibault

Dimanche 9
9 h 30 Montévrain
11 h 00 N.D. du Val

Fête de Marie, Mère de l'Eglise

Lundi 10
11 h 00 N.D. du Val

 

______________________________________________________________________________________________________________________

Un temps pour prierVIERGE.jpg
 

Prière pour la famille

Marie, Toi qui es la Mère de l’Eglise,
la Mère de l’humanité,
tu as été d’abord la Mère de Jésus.
Jésus, Joseph et toi, vous formiez la Sainte famille.


Au moulin de Boly,
la famille Soubirous a vécu de belles années,
partageant ses joies et ses peines,
te confiant ses soucis dans la prière,
accueillante et généreuse envers les autres.

Tu regardais chacun avec tendresse,
Tu préparais déjà la petite Bernadette
pour qu’elle puisse un jour devenir ta confidente
et accomplir sa mission.

Veille sur nos familles,
nous te les confions,
qu’elles soient un lieu d’amour
de respect,
de pardon
et d’accueil.

Que chacun de ses membres grandisse en enfant de Dieu
vivant de l’Evangile,
au service des autres,
dans l’immense famille de l’Eglise dont tu es la Mère.
Amen.

 

Cette prière est affichée à Lourdes à l’intérieur
du moulin de Boly, où Bernadette Soubirous
a vécu 10 belles années en famille avant d’aller
habiter au Cachot. Durant le pèlerinage, nous
avons dit cette prière pour toutes nos familles.

 

_______________________________________

Marie gardait tous ces événements

dans son cœur"

(Luc 2,51)

________________________________________