Notre-Dame du Val Info Septembre 2018

Eglise catholique - Secteur Val de Bussy - Septembre 2018

VERSION IMPRIMABLE

UNE2.png

 

Edito

L’Eglise en laquelle nous croyons

En cette rentrée, nous allons vivre des moments forts et heureux : le grand rassemblement de l’Envoi 2018 le dimanche 23 septembre, l’ordination au diaconat de Jacques Teng le 28 octobre, le gala pour la paix et la non-violence avec toutes les religions le samedi 13 octobre, avec d’autres initiatives pour la paix d’ici décembre, à l’occasion du centenaire de la fin de la première guerre mondiale, avec les cérémonies et la messe du 11 novembre.

En cette rentrée, nous allons aussi continuer à porter les joies et les souffrances des uns et des autres, par l’écoute, le soutien mutuel et la prière. Lors de mon opération début juillet, j’ai vraiment senti la force de vos prières pour moi. Et j’ai profité de ce séjour à l’hôpital pour prier pour tous les malades de notre paroisse. C’est cela l’Eglise que nous aimons, l’Eglise en laquelle nous croyons. Continuons à nous « porter » ainsi les uns les autres. Cette attitude commune, c’est ce que notre évêque appelle la délicatesse pastorale.

Cette délicatesse pastorale est, je crois, le meilleur antidote contre ce que le pape François, à partir des abus sexuels, condamne dans le fonctionnement de l’Eglise : le cléricalisme, c'est-à-dire ces abus de pouvoir, ces façons de considérer les prêtres et les évêques comme des personnes sur un piédestal. St Augustin disait à ses diocésains : « Pour vous je suis évêque, avec vous je suis chrétien ». C’est cette façon de vivre l’autorité qu’incarne notre évêque, Mgr Jean-Yves Nahmias. Répondons à son invitation à venir nombreux à Meaux le dimanche 23 septembre pour l’Envoi 2018, ce grand moment communautaire de tout le diocèse.

Père Dominique Fontaine

 ______________________________________________________________________________________________________________

ACTUALITE

INTERRELIGIEUX

La non violence dans les différentes religions :

Martin Luther King, une grande figure de la non-violence chrétienne

Par Luigi Changivy

Dans le cadre de notre année de la paix et de la non-violence, nous vous proposons un entretien avec Jeremiah Martin, Pasteur représentant la communauté de l'Eglise Protestante Evangélique de Bussy-Saint-Georges.

Jeremiah%20Martin-1.jpgLuigi Changivy - Pouvez-vous nous dire quelques mots sur la façon dont la non-violence est appréhendée dans la religion protestante évangélique ?

Jeremiah Martin – C'est une question qui est au centre de nos valeurs. Je commencerai par citer quelques extraits du texte de Martin Luther King que j'ai lu à l'occasion de la manifestation organisée pour le vingtième anniversaire des scouts de Bussy-St-Georges : "Je crois que la vérité désarmée et l'amour désintéressé auront le dernier mot dans le monde des réalités. C'est pourquoi, même s'il est provisoirement bafoué, le bon droit sera plus fort que le mal triomphant. Je crois que, même au milieu du fracas des mortiers et du sifflement des balles, il y a une place pour l'espoir de lendemains plus lumineux. Je crois que des hommes inspirés par l'amour du prochain pourront reconstruire ce qu'ont détruit des hommes inspirés par l'amour de soi. Je continue de croire qu'un jour viendra où l'humanité s'inclinera devant les autels de Dieu pour recevoir la couronne de la victoire sur la guerre et l'effusion de sang, où la bonne volonté animée par la non-violence rédemptrice dictera la loi sur la terre. Et le lion habitera avec l'agneau et chaque homme s'assoira sans crainte sous sa propre vigne ou son propre figuier et nul n'aura rien à redouter. Je continue de croire que nous vaincrons."

Martin Luther King était Pasteur protestant évangélique et a choisi de combattre la violence par la non-violence. Dans son discours de prix Nobel de la paix le 10 décembre 1964, à Oslo, il cite des prophètes de la Bible juive comme Esaïe ou Michée car, pour lui, les valeurs de non-violence sont inscrites dans la Bible et Jésus était son exemple. Des temps reculés et des écrits anciens aux temps contemporains et au discours de Martin Luther King, ces valeurs de non-violence pour l'humanité sont persistantes et intemporelles.

On peut citer les paroles de Jésus : "Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent" (Mt 5,44).

Combattre la violence n'est pas simplement le refus de la violence mais un comportement actif : c'est par l'amour que l'on combat la violence. Dès que nous éprouvons de la colère envers l'autre, que nous le haïssons, que nous le méprisons, nous sommes dans la violence et elle n'apporte pas de solution.

Il y a toujours une autre réponse que la violence pour combattre la violence. La non-violence en est une. Ce n'est pas un comportement passif de résignation mais un comportement actif pour cultiver le respect, la bienveillance, la compassion et agir selon ces valeurs intérieures.

Le révérend Martin Luther King a déclaré que le défi essentiel de notre temps est "le besoin pour l'homme de vaincre l'oppression et la violence sans recourir lui-même à la violence et l'oppression". La non-violence est la réponse à ce besoin.

LC – Ce sont de sages valeurs mais comment, dans notre quotidien, vivre avec et les appliquer ?

JM C'est une décision que nous devons prendre, chacun, en notre for intérieur, car répondre à la violence par la violence n'apaise pas. Jésus dit qu'il ne suffit pas simplement de contrôler son comportement ; Il faut remplacer la haine, le mépris, l'indifférence et la colère par l'amour. C'est une attitude active. Et pour aimer, il faut connaître. Nous sommes responsables de connaître l'autre. L'autre c'est notre entourage familial, social, professionnel et au-delà.

"La foi sans les œuvres est une foi morte". (Jacques 2, 17). Prendre en compte la non-violence dans notre quotidien est une démarche active.

S'il n'est pas toujours facile "d'aimer l'autre" authentiquement et profondément, ma conviction que cela est possible est basée sur la foi que j'ai en l'amour de Dieu qui aime chaque Être.

LC – Pouvez-vous nous dire quelques mots sur Bussy-St-Georges ?

JML'association de l'Esplanade des Religions et des cultures est une illustration évidente de cet esprit de partage qui va bien au-delà de ce cercle.

Nous devons poursuivre et enrichir cette dynamique de partage qui est la clé du bien vivre ensemble

 

Le gala interreligieux pour la paix du 13 octobre

Il y a deux ans, le 21 novembre, une semaine après les attentats, nous avions déjà fait un grand concert interreligieux à Notre Dame du Val. Cette année, dans le cadre de notre réflexion et notre action pour la non-violence, nous aurons une nouvelle soirée à Notre Dame du Val le 13 octobre. Nous aurons en plus cette fois-ci la communauté hindouiste. Chaque communauté exprimera une prière pour la paix de sa religion. Une chorale constituée de personnes des diverses religions chantera des chants proposés par chaque communauté. Cela sera un beau signe de ce que nous vivons à Bussy. N’hésitez pas à vous proposer pour participer à cette chorale, le seul critère est d’aimer chanter. Il y aura trois répétitions à NDV : le 30 septembre et le 7 octobre de 17 à 19h et le 12 octobre à 20h30. Notez les dates et n’hésitez pas à inviter des amis, des voisins, des membres de vos familles.

Auparavant, à l’occasion des journées du Patrimoine, le dimanche 16 septembre à 16h, sur l’esplanade des religions en face de la pagode, nous sommes invités à partager le pain et le sel entre fidèles des différentes religions

 

Une rentrée qui va nous faire bouger

Par le Père Dominique Fontaine

Depuis 10 ans, il n’y avait pas eu de grand rassemblement des catholiques de notre diocèse. Notre évêque nous invite à nous retrouver le dimanche 23 septembre à Meaux, à la cathédrale et aux alentours. Le Père Dominique nous en parle.

UNE2.pngDepuis 10 ans, il n’y avait pas eu de grand rassemblement des catholiques de notre Souvent, dans nos milieux de travail ou de voisinage, nous avons l’impression de ne pas être nombreux comme chrétiens. C’est vrai particulièrement pour les jeunes et les enfants en milieu scolaire. Nous aurons l’occasion de nous retrouver très nombreux ce dimanche 23, pour prendre conscience de la grande famille que nous représentons, pour découvrir la vitalité et la jeunesse de notre diocèse, pour renforcer notre foi et nos motivations pour en témoigner. Mais aussi pour prendre conscience tous ensemble des conversions que nous devons vivre dans la façon de fonctionner de notre Eglise, comme le demande le pape dans sa lettre au peuple de Dieu à partir des abus sexuels.

Ce rassemblement sera l’occasion pour notre évêque de promulguer des orientations pour notre diocèse, qui vont nous mobiliser durant les cinq années qui viennent. Elles ont été préparées par deux ans de réflexion de délégués des différents pôles missionnaires. Sur les 200 délégués, nous étions une dizaine de Bussy et Lagny. La réflexion a abouti à des propositions que nous avons faites à Mgr Nahmias. Ce rassemblement s’intitule « l’Envoi 2018 ». C’est important de se sentir envoyés.

Il n’y aura pas de messes ce dimanche 23, sauf la messe solennelle de la cathédrale. Nous sommes tous invités, individuellement ou en famille. Nous irons en cars, ce sera une belle occasion de rencontres. Le rendez-vous est à 8h45 devant l’église Notre Dame du Val. A l’arrivée à Meaux, nous aurons une courte marche-pèlerinage jusqu’à la cathédrale, où convergeront les autres paroisses : 3 à 4000 personnes sont attendues. Nous serons trop nombreux pour prendre tous place dans la cathédrale. Nous envahirons donc les environs, la cour épiscopale et les jardins ! A 10h, dans la cour épiscopale, Mgr Nahmias promulguera les orientations diocésaines. La messe solennelle commencera par une grande et joyeuse aspersion, pour nous rappeler notre baptême, car nous sommes baptisés pour annoncer. La liturgie de la Parole aura lieu à l’extérieur, mais les gens qui seront dans la cathédrale pourront suivre sur de grands écrans. La liturgie de l’eucharistie se poursuivra à l’intérieur de la cathédrale, mais ceux qui seront dehors pourront suivre eux aussi sur des écrans.

Nous sommes invités à emporter un repas à partager, nous nous disperserons dans les jardins de la cathédrale ou dans le centre historique de Meaux.

A 14h, les adultes seront invités à écouter des témoignages durant quatre tables rondes. Pendant ce temps, de nombreuses animations seront proposées aux enfants de 7 à 12 ans à la maison diocésaine et dans les jardins, par exemple sur Zachée autour d’un grand arbre, ou sur la Samaritaine autour d’un puits ! Une garderie est prévue pour les tout-petits.

Enfin à 16h30 un grand concert sera proposé par le groupe Glorious, que les jeunes connaissent bien et dont nous chantons (sans le savoir) des chants durant nos messes. Cela sera un grand moment de joie partagée pour petits et grands. Et à 18h, nous reprendrons les cars pour le retour à Notre Dame du Val, où vous aurez pu laisser vos voitures le matin.

Vous pouvez trouver des bulletins d’inscription au fond des églises, nous en avons besoin pour organiser les cars.

 

Vous croyez en l’Eglise ?

Le samedi 15 septembre, nous aurons le dernier samedi de la foi. Après « Je crois en Dieu le Père, le Fils ressuscité, l’Esprit Saint », nous approfondirons ce que nous disons quand nous proclamons « Je crois en L’Eglise ». Les événements récents sur les abus sexuels nous interrogent certainement sur cette foi en l’Eglise. La lettre du pape aux catholiques (voir ci-dessous) nous invite à débattre de cette foi en l’Eglise, qui n’est pas toujours si facile à vivre. Parlons-en donc ce soir là. Après la messe de 18h30, ceux qui le veulent sont invités à manger dans la grande salle du Centre pastoral avant la rencontre à 20h30.

 

 

pape.jpg

Lettre du Pape François au Peuple de Dieu

« Face aux abus sexuels, avec honte et repentir, nous reconnaissons que nous n’avons pas agi en temps voulu en reconnaissant l’ampleur et la gravité du dommage qui était infligé à tant de vies. Nous avons négligé et abandonné les petits.

Chaque fois que nous avons tenté de faire taire, d’ignorer, de réduire le peuple de Dieu à de petites élites, nous avons construit des communautés, des projets, des choix théologiques, des spiritualités et des structures sans racine, sans mémoire, sans corps et sans vie. Cela se manifeste dans une manière déviante de concevoir l’autorité dans l’Eglise – si commune dans nombre de communautés dans lesquelles se sont vérifiés des abus sexuels, des abus de pouvoir et de conscience – comme l’est le cléricalisme, cette attitude qui sous-évalue la grâce baptismale que l’Esprit Saint a placée dans le cœur de notre peuple. Le cléricalisme, favorisé par les prêtres ou par les laïcs, engendre une scission dans le corps ecclésial, qui encourage et aide à perpétuer beaucoup des maux que nous dénonçons aujourd’hui. Dire non aux abus, c’est dire non à toute forme de cléricalisme.

La pénitence et la prière nous aideront à sensibiliser nos yeux et notre cœur à la souffrance de l’autre et à vaincre l’appétit de domination et de possession, très souvent à l’origine de ces maux.

Il est nécessaire que chaque baptisé se sente engagé dans la transformation ecclésiale et sociale dont nous avons tant besoin et qui nécessite la conversion personnelle et communautaire. »

(extraits, 20 août 2018)

 

______________________________________________________________________________________________________________

PAGE des JEUNESPAJ.png

Quand les vacances débutent par un camp vélo

Propos recueillis par le Père Dominique Fontaine

Une cinquantaine de jeunes entre 12 et 18 ans sont partis pour un camp vélo du 1er au 5 juillet sur les routes de l'Aube ! Plus que des mots, les photos traduisent la joie qu'ils ont partagée !

Témoignages

P1060941.JPG

"Du dimanche 1er au jeudi 5 juillet se déroula le camp vélo ! Grand changement cette année, il se déroula hors de Seine et Marne, dans le département de l'Aube. Les jeunes et organisateurs ont monté leur tente au camping de Géraudot, au bord du lac d'Orient. Au programme, vélo la journée, baignade et veillée sur la plage. La petite communauté a ainsi vécu des moments aussi sportifs qu'inoubliables, en pédalant sur la vélo-voie en route vers Dienville ou encore Troyes, près des champs et lacs de l'Aube.Maximilien Teng

"Nous sommes allés à Troyes dans la ville de Géraudot, au camping "Les rives du Lac".Nous avons appris à se respecter les uns les autres, s'entraider, faire le ménage ensemble... enfin, vivre comme une grande famille.Nous avons visité les basiliques, le lac d'Orient, le lac des réserves... Nous avons fait du vélo et profité de la plage.Les temps forts que j'ai beaucoup appréciés c'est les moments partagés avec Dieu, nos prières, nos chants et les célébrations...J'ai retenu une chose, c'est qu'ensemble nous sommes plus forts.Atonio Logona

P1060924.JPG

P1060982.JPG

P1060898.JPG

P1060973.JPG

 

 

 

 

 

 

L'Aumônerie démarre sans attendre

0161211_collegiens_Diocese_Bussy2.jpg

Cette année, les inscriptions à l’aumônerie pour les jeunes collégiens et lycéens ont commencé le samedi 1er Septembre de 9h à 12h et de 15h à 18h30. Mais on peut s’inscrire à tout moment durant l’année. Le Père Bruno nous parle du programme bien fourni pour cette nouvelle année. Un weekend de rentrée est proposé les samedi 15 et dimanche 16 Septembre à La Houssaye-en-Brie. L’objectif est d’intégrer les nouveaux, avec l'aide des anciens, et de vivre l'esprit du camp missionnaire vélo dès le début de l'année. Durant ce weekend, Jacques et Emmanuelle Teng viendront donner leur témoignage le samedi soir, en vue de l'ordination comme diacre de Jacques, qui aura lieu à la cathédrale de Meaux le 28 octobre et où les jeunes et les moins jeunes sont invités à venir nombreux.

Durant l’année, il y aura d’autres événements à vivre : Le Fraternel de Jambville pour les 4èmes et 3èmes en Juin lors du weekend de Pentecôte, le pèlerinage de Pôle à Lourdes du 1er au 5 mai 2019 pour les 5èmes et les lycéens (avec bien sûr leurs familles et tous ceux qui le souhaitent), ainsi que la journée à Lisieux pour les sixièmes en juin.

Les jeunes sont aussi particulièrement invités avec leurs familles le 23 septembre à Meaux pour le grand rassemblement diocésain, avec le concert du groupe Glorious ( s'inscrire en famille). Durant le reste de l’année, il y aura les traditionnelles activités avec le Secours Catholique et les maisons de retraite, les messes d'Aumônerie, le camp missionnaire Vélo en début juillet 2019 au Crotoy dans la Somme. Et cette année verra les travaux d’agrandissement commencer. Nous nous adapterons et inventerons les nouveaux décors dans la nouvelle grande salle. Bonne année à tous et toutes

Père Bruno Sautereau

 

______________________________________________________________________________________________________________

 VIE PAROISSIALE 

Oui : la réponse de Jacques à l'appel du diaconat

Par Patrick Mannier

Jacques a 50 ans, il est né en France de parents Taïwanais. Marié à Emmanuelle depuis 23 ans, ils ont 4 enfants âgés de 13 à 22 ans. Il travaille au rectorat de Paris en tant qu’ingénieur en informatique. Ils sont arrivés à Bussy il y a 12 ans.

Emmanuelle%20et%20Jacques.jpgPourquoi être diacre ?

Il y a 5 ans, j’ai été interpellé par le service diocésain au diaconat qui m’a demandé de réfléchir à être diacre.

Au sein de l’Eglise, j’ai été amené à exercer différentes missions, animateur dans une équipe de préparation au baptême à Montrouge, responsable du parcours Alpha de Bussy. Avec Emmanuelle, nous avons été appelés à être responsables de secteur puis de région au sein des Equipes Notre Dame, toutes ces missions nous ont fait comprendre que le service aux autres nous fait grandir dans l’Amour de Dieu et de notre prochain. Le temps donné à Dieu et aux autres, il nous le rend au centuple, autrement évidemment. Nous nous sommes beaucoup enrichis spirituellement et humainement. C’est donc avec confiance que nous sommes entrés dans cette nouvelle aventure, avec pour commencer, une formation qui a duré 5 ans.

Quelle formation pour être diacre ?

La formation se fait avec l’épouse et elle commence par une année de discernement. Nous sommes accompagnés par une équipe diocésaine qui nous rencontre régulièrement et nous aide à réfléchir sur cette vocation. Nous suivons ensuite une formation pendant 4 ans à Orsay, avec tous les candidats au diaconat d’Ile de France (sauf Paris) sur la Bible, la Christologie, l’Eglise, les sacrements, la morale et la liturgie. Les 3 dernières années, nous sommes également accompagnés par une 2ème équipe composée de personnes de la paroisse, de notre famille, de mon travail, d’amis, de voisins, d’un diacre et de son épouse et d’un prêtre. Son rôle est de nous questionner sur notre engagement futur, les liens que l’on aura avec nos proches, l’Eglise ou le travail. Nous en profitons pour les remercier. Nous sommes restés discrets depuis le début de la formation, tout simplement pour être plus libres d’arrêter ou d’être arrêtés.

Qu’est ce qu’un diacre, quelles sont ses missions ?

A l’image du Christ, le diacre est consacré « serviteur » et ordonné au service de la parole de Dieu, de la liturgie et de la charité. Il est le signe du Christ lui-même venu « non pour être servi mais pour servir ». C’est pourquoi le diacre porte une attention particulière aux souffrances et pauvretés qu’il rencontre autour de lui. C’est un collaborateur de l’évêque dont il reçoit sa mission. Le diacre proclame la parole, prononce éventuellement l’homélie, célèbre les baptêmes, les mariages et les funérailles. Il participe à la prière des Heures.

Le diacre vit ce signe du Christ serviteur au sein de sa famille, dans sa vie professionnelle et sociale, comme en Eglise.

"Qualités" requises pour être diacre ?

Le diacre répond à un appel. Il est ensuite formé mais il doit continuellement se nourrir de la parole de Dieu à travers la Bible et d’autres livres religieux, afin d’approfondir sa foi pour mieux en témoigner. C’est une démarche qu’en tant que baptisés nous sommes tous appelés à faire.

Et la vie professionnelle, la charge de travail et le temps passé pour le diaconat ?

Le diacre garde son métier et continue d’exercer son travail. Par son ordination, il est envoyé dans son milieu de vie pour y être signe de l’Eglise parmi les hommes. Il doit maintenir un équilibre de vie entre sa vie professionnelle, sa vie familiale et son engagement comme diacre. C’est souvent le rôle de l’épouse d’aider son mari à veiller à cet équilibre.

Devenir diacre est-ce un engagement caritatif ?

La charité est une des composantes de la mission du diacre. Sa mission est de rejoindre les pauvres, les blessés de la vie. Il vient dire à ces hommes que Dieu les aime, les invite et les attend. Le diacre est interpellé pour le service d'une Église accueillante à tous, notamment pour beaucoup de ceux qui demandent un sacrement, tel le baptême ou le mariage qui sont souvent des «gens du seuil», loin de la foi.

Aurez-vous une action particulière dans la pastorale des jeunes ?

Dans le cadre des nouvelles orientations pastorales voulues par notre évêque Mgr Jean-Yves Nahmias, la pastorale des jeunes a été l’une de ses priorités. Il est donc possible qu’un diacre puisse être missionné auprès des jeunes, mais ce sera selon les besoins du diocèse.

Qu'avez-vous envie de dire à la communauté du pôle de Bussy ?

J’ai rencontré le Christ il y a plus de 25 ans, Il a changé ma vie et Il continue d’agir tous les jours. Je dois beaucoup à l’Eglise car je me rends bien compte que si la foi a pu être transmise au cours des siècles, l’Eglise y est pour quelque chose. Je souhaite servir le Christ et témoigner qu’Il est vivant, qu’Il nous aime et qu’Il a donné sa vie pour nous. Etre diacre, c’est être signe du service. Le diacre est là pour rappeler à tous les chrétiens, aux baptisés que nous sommes, que nous devons servir les hommes et les femmes, spécialement les plus démunis. Que nous devons être une Église proche de tous, attentive aux joies et aux peines de chacun.
Nous sommes aussi tous appelés à une mission, à nous d'être à l'écoute de l'Esprit, en nous posant la question : « et moi à quel service suis-je appelé ? »

Un rendez vous ?

Nous donnons rendez vous à tous les paroissiens du pôle de Lagny-Bussy, le 28 octobre 2018, à 15h30, à la cathédrale de Meaux. Mgr Nahmias nous ordonnera, avec Frédéric Barut qui habite au Mée sur Seine, diacres permanents pour le diocèse de Meaux. Ce sera un jour de fête, de prière et de rassemblement pour notre pôle de Lagny-Bussy afin de célébrer ensemble le Christ ressuscité qui nous aime d’un amour infini et qui voudrait qu’on puisse tous témoigner de ce message à ceux que nous rencontrons

 LIVRE

N’OUBLIONS PAS TIBHIRINE ! Quinze ans avec les martyrs de l’Atlas, par Jean-Marie Lassausse. Editions Bayard, 2017

tibhirine.pngAprès l’assassinat en mars 1996 des moines de Tibhirine, et le constat que d’autres moines ne pouvaient plus leur succéder, l’ordre cistercien a décidé en 2001 de confier le monastère à Jean-Marie Lassausse, prêtre de la Mission de France ayant une longue pratique de l’Afrique et de l’agronomie, avec la mission d’y maintenir une vie de prière et d’accueil et de gérer l’exploitation agricole attenante. En 2010 Jean-Marie Lassausse a écrit un premier livre pour raconter sa vie au monastère : « Le jardinier de Tibhirine », que vous pourrez trouver à la bibliothèque. En 2016 il a été remplacé avec son plein accord par une communauté laïque, le Chemin Neuf, et il a écrit ce nouveau livre pour décrire la suite de son expérience.

A Tibhirine Jean-Marie Lassausse n’a pas vécu comme un moine, mais il a été fidèle à l’esprit des religieux assassinés et de leur prieur Christian de Chergé. En ce sens il a vécu « avec eux » et ceci explique le sous-titre de l’ouvrage. Il a éprouvé des difficultés (isolement, surveillance des autorités locales) mais il a bénéficié de la confiance totale de la population qui n’a jamais oublié la dignité spirituelle des disparus et les services désintéressés qu’ils avaient rendus. Tibhirine est resté un lieu de prière, d’accueil et de travail, mais aussi de respect mutuel des consciences, de dialogue approfondi avec l’Islam, de gestion altruiste des ressources de l’exploitation agricole. Ainsi a été maintenue une « Eglise de la rencontre » qui est aussi une « Eglise de l’Amitié».

Tibhirine est toujours vivant. En ce moment où L’Eglise se prépare à reconnaitre le Martyre des sept moines de Tibhirine et de leurs frères et sœurs victimes de la violence pendant la même période (notamment l’évêque d’Oran, Mgr Pierre Claverie), Jean-Marie Lassausse apporte un témoignage doublé d’un acte de foi : la présence chrétienne en milieu musulman est à la fois possible et nécessaire.

Jean Dupuis

 

extension.JPGExtension du centre pastoral

Vous avez sans doute remarqué le panneau affiché à l'entrée du parvis de Notre-Dame du Val. Le permis de contruire pour l'extension du centre patoral et l'édification d'une chapelle de semaine est enfin obtenu. Nous sommes dans la période de recours des tiers. L'autorisation de construire ne deviendra définitive qu'à l'issue de cette période de deux mois. C'est un projet de longue haleine, nous y travaillons depuis déjà plus de 3 ans !

En parallèle, nous avons lancé une consultation pour la réalisation des études géotechniques qui permettront de définir les fondations qui devront être mises en oeuvre pour soutenir cette extension.

Nous avons également lancé une consultation pour la maîtrise d'oeuvre d'exécution de l'extension du centre pastoral, phase 1 de ce projet.

Car si l'on fait souvent un raccourci en parlant de l'extension de Notre-Dame du Val, ce n'est pas l'église elle-même qui va être agrandie, mais bien le centre pastoral, pour améliorer les conditions d'accueil, créer de nouvelles salles de réunion (car certains soirs ou samedi toutes les salles sont prises) et agrandir la grande salle afin de pouvoir y organiser des évenements conviviaux de plus grande ampleur. Ensuite, dans un deuxième temps, nous ferons édifier une chapelle de semaine de l'autre côté de l'église, directement accessible du parvis, pour parachever l'ensemble architectural et rendre ce lieu plus accessible.

Tous ces travaux participeront à aider notre communauté à rester vivante, dynamique et attrayante pour toutes les générations. Vous pouvez faire un don via le site internet de la paroisse ou du diocèse. Ce don donne droit à un réduction d'impôt, alors n'hésitez pas à participer généreusement et à en parler à vos proches. Cet agrandissement est un cadeau que nous faisons à notre communauté, donc un peu à nous-même, mais aussi à nos enfants.

Matthieu Cuvelier

  

Les églises ouvertes à l’occasion des journées du Patrimoine

eglise%200.jpgNotre Dame du Val : samedi 15 et dimanche 16 toute la journée

Bussy St Martin : dimanche 16 de 11h à 19h. Concert de guitare classique à 16h. Exposition sur St Martin.

Chanteloup en Brie : samedi 15 et dimanche 16 de 9h30 à 17h.

 

eglise4.jpg

Ferrières en Brie : dimanche 16 de 14h30 à 17h30

Gouvernes : Samedi 15 et dimanche 16 visite guidée de l’église à 15h (avec ouverture exceptionnelle de la salle des fresques à côté de l’église).

St Thibault des Vignes : samedi 15 et dimanche 16 de 10h à 18h (possibilité exceptionnelle de visiter l’extérieur du chevet de l’église). Visites guidées.

 

______________________________________________________________________________________________________________

AGENDA

 

Pensez-y !envoi%20meaux.jpg

Dimanche 23 septembre
de 10h à 18h

Rassemblement diocésain
à la cathédrale Saint Etienne de Meaux 


Dimanche 9 septembre
Messe de rentrée :
toutes les familles sont invitées à la messe de rentrée à NDV

Jeudi 13 septembre
Rencontre des parents de l'aumônerie
(présentation des projets et préparation des rencontres de l'année)
à 20h30 à NDV

Samedi 15 septembre
Rencontre des nouveaux parents du Caté.
à 14h à NDV

Dernier samedi de la foi sur le thème "Je crois en l’Église"
à 20h30 après la messe de 18h30 à NDV (possibilité de manger dans la grande salle)

Samedi 15 et dimanche 16 septembre
Weekend de rentrée de l'Aumônerie des collèges et lycées
à la Houssaye en Brie (du samedi 13h30 au dimanche 15h)

Dimanche 16 septembre
partage du pain de chaque religion (à l'occasion des journées du patrimoine)
à 16h à l'Esplanade des Religions

Lundi 17 septembre
Rencontre des parents de l’Éveil à la foi
à 20h30 à NDV

Jeudi 20 septembre
Equipe de proximité de Montévrain
chez Laurent et Sylvie Willemse
à 20h30

Equipe des EDC (Entrepreneurs et dirigeants chrétiens)
à 20h

Rencontre de l'équipe accueil du Secours Catholique

Samedi 22 septembre
Équipe Regain
personnes séparées ou divorcées
à 20h

Mercredi 26 et samedi 29 septembre
première rencontre des enfants qui entrent au catéchisme
(module d'entrée en catéchèse)

Samedi 29 septembre
CONCERT CONTRE LA MUCOVISCIDOSE
à 20h30 à NDV

Dimanche 30 septembre
Dimanche de l'Aumônerie
de 9h30 à 12h

Jeudi 4 octobre
Rencontre des deux EAP de Bussy et Lagny à NDV

Vendredi 5 octobre
Vendredi de l'aumônerie des collèges et lycées de 19h à 21h

 

Horaires des messes

Les messes en semaine
Mardi et jeudi 19 h 00 N.D. du Val
Mercredi 8 h 30 N.D. du Val

Chaque vendredi à 12h
En période scolaire :
Centre Scolaire Maurice Rondeau

Hors période scolaire :
Oratoire Notre Dame du Val

Adoration eucharistique
Jeudi 19 h 30 N.D. du Val
Vendredi 15 h N.D. du Val

Septembre

Samedi 8
18 h 30 Saint-Thibault

Dimanche 9
9 h 30 Montévrain
10 h 30 N.D. du Val

messe de la rentrée

Samedi 15
18 h 30 N.D. du Val
suivi du Samedi de la Foi,
« Je crois en l’Eglise »

Dimanche 16
9 h 30 Collégien
11 h 00 N.D. du Val

Samedi 22
18 h 30 Bussy-Saint Martin

Dimanche 23
pas de messe sur les paroisses
8h45 Départ en car à NDV pour Meaux l’Envoi 2018, Journée de Rassemblement Diocésain.
Messe solennelle à 10h. Retour départ de Meaux à 18h.

Samedi 29
18 h 30 Bussy village

Dimanche 30
9 h 30 Ferrières en Brie
11 h 00 N.D. du Val

Octobre

Samedi 6
18 h 30 Guermantes

Dimanche 7
9 h 30 Chanteloup
10 h 30 N.D. du Val

 

______________________________________________________________________________________________________________

Un temps pour prier

 

Père, toi qui es proche et miséricordieux,christ en gloire 20150 fmtBéni sois-tu pour ton Eglise en Seine-et-Marne.
Tu l’as comblée de tes largesses
au cours des siècles passés.
Nous confions à ta grâce son présent et son avenir.

Seigneur Jésus, toi le visage de la Miséricorde du Père,
par ta parole et ton exemple,
tu es la source de notre espérance.
Toi le Vivant, le Ressuscité, accompagne notre conversion.
Donne-nous de vivre sans peur la joie
de la communion fraternelle et de l’annonce de l’Evangile.

Ô Esprit saint, béni sois-tu pour ton action incessante,
pour l’audace à laquelle tu nous appelles.
Stimule-nous à poser des actes
de communion fraternelle et d’évangélisation.
Accompagne notre démarche synodale.

Dieu, Père, Fils et Saint Esprit,
Donne à ton Eglise en Seine et Marne
De trouver sa joie et son unité en Toi.

Ô Marie, étoile de la nouvelle évangélisation,
Guide-nous sur les chemins de la mission
Et de l’amour de tous.

Saint Etienne, toi le saint patron de notre diocèse,
Intercède pour nous.

Amen

Cette prière est proposée dans toutes les paroisses
de notre diocèse pour nous préparer

au rassemblement de l’Envoi 2018
le dimanche 23 septembre à la cathédrale de Meaux,
où nous sommes tous invités.
Nous pouvons dire cette prière en ce mois de septembre
personnellement ou dans nos divers groupes
de chrétiens

 

_______________________________________________ 

Vous êtes le Corps du Christ et,

chacun pour votre part,
vous êtes les membres de ce Corps

(1 Corinthiens 12, 27)
________________________________________________