Notre-Dame du Val Info avril 2018

Eglise catholique - Secteur Val de Bussy

VERSION IMPRIMABLE

_DSC4168.jpg

Edito

L’Esprit Saint nous fait sentir la présence du Ressuscité

La semaine sainte est un temps fort où nous avons suivi Jésus jour après jour sur le chemin du don de sa vie pour toute l’humanité. Et puis vient le temps de la Résurrection.

Autour de nous, ceux qui ne croient pas en Dieu peuvent trouver bizarre notre façon de nous réjouir d’un événement qu’on ne peut pas prouver, basé sur quelques hommes et femmes illuminés qui ont dit que Jésus leur était apparu de nouveau vivant. Ne serait-ce pas un poisson d’avril, puisque le jour de Pâques est tombé cette année le 1er avril !

Mon expérience de prêtre de la Mission de France me l’a montré depuis longtemps, la meilleure façon de leur répondre est de leur témoigner par notre attitude (et parfois, quand c’est possible, par des mots) que le Christ est bien présent au cœur de nos vies et de nos rassemblements. Quand nous nous réunissons pour la messe, pour un temps de prière ou de partage de l’Evangile, nous nous sentons vraiment pénétrés par l’Esprit du Christ. Souvent, je repense à ces paroles de Jésus : « Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde » et « quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux ». Et je sens que c’est bien vrai.

Sur la Croix, Jésus dit « Tout est accompli » et remet l’Esprit. Ce n’est pas au sens de rendre son dernier souffle ; c’est l’Esprit Saint, son Esprit et celui du Père, qu’il transmet à l’humanité. Et d’ailleurs, le dimanche de Pâques, il soufflera sur ses disciples encore marqués par la peur, en leur disant : « Recevez l’Esprit Saint ». C’est l’Esprit Saint qui nous fait sentir la présence du Christ ressuscité au fond de nous, dans nos assemblées, dans nos rencontres avec nos collègues de travail, nos voisins, nos familles.

Prenons le temps, durant ce temps pascal, de relire nos vies pour y découvrir le travail de l’Esprit, pour vivre par exemple un temps de « retraite dans la vie » les vendredis soirs à l’église St Michel, à accompagner dans une prière fervente les nouveaux baptisés, ceux qui seront confirmés à la Pentecôte, les jeunes qui vont aller au Frat ce mois-ci.

Et nous pourrons dire avec les apôtres : « Oui, le Christ est ressuscité, nous en sommes témoins. »

Père Dominique Fontaine

INTERRELIGIEUX

La non violence dans les différentes religions :
Si l'homme peut être violent, il ne doit pas l'être

Par Luigi Changivy

Dans le cadre de notre année de la paix et de la non-violence, nous vous proposons un entretien avec Claude Windisch, Président de l'Association J'Buss, représentant la communauté juive à Bussy-Saint-Georges et Président de l'Association de l'Esplanade des Religions et des Cultures.

Claude%20Windisch%202018.jpg

 Luigi Changivy - Pouvez-vous, en tant que responsable de la communauté juive de Bussy-Saint-Georges, nous dire quelques mots sur la façon dont la non-violence est appréhendée dans la religion juive ?

Claude Windisch – Afin de répondre à cette vaste question je me réfèrerai aux textes bibliques où, au départ, nous trouvons de la violence : le meurtre de Caïn par son frère Abel. La question de la non-violence, comme celle de la violence, est une manifestation du libre arbitre qu'a voulu Dieu pour l'homme. Si l'homme "peut" être violent, il ne "doit" pas l'être. Et l'homme doit avoir cette conscience qu'il peut choisir entre les deux, car rien n'est totalement blanc ou totalement noir, au sens manichéen de l'expression.

Nous verrons, dans la Torah, que l'histoire passe de la violence au refus de la violence puis à la recherche de la non-violence.

Nous sommes à l'approche de Pâques et, chaque année, dans la religion juive, nous lisons les textes qui relatent que Dieu donnant l'ordre à Moïse de prendre son peuple et de quitter l'Egypte et où, devant le refus de Pharaon de les laisser partir, infligea 10 plaies à l'Egypte : le sang, les grenouilles, les vermines, les animaux féroces, les épidémies, les ulcères, la grêle, les sauterelles, les ténèbres et la mort de tous les premiers nés, dont celui de Pharaon.

A la suite de la lecture de ce passage, d'autres textes sont lus et mentionnent des témoignages de sages juifs indiquant que tout ce mal n'était pas nécessaire, qu'aider le peuple juif à quitter l'Egypte sans infliger toute cette violence eut été suffisant. Il faut garder présent à l'esprit, parmi les dix commandements, le sixième : "Tu ne tueras point" qui est une prescription essentielle de la non-violence.

LC - La non violence est une règle d'or en quelque sorte ?

CW - Hillel, un des plus grands sages juifs, né vers 110 ans avant Jésus-Christ, commentateur de la Torah et dernier Président du Sanhédrin (le grand conseil de Jérusalem) répondit à un homme qui lui aurait demandé de lui expliquer le sens de la Torah : "Ce que tu ne voudrais pas que l'on te fît, ne l'inflige pas à autrui. C'est là toute la Torah, le reste n'est que commentaire. Maintenant, va et étudie." (Talmud de Babylone, traité Shabbat 31a.). Cette réponse est souvent désignée sous le nom de "règle d'or" et illustre l'importance de la non-violence dans la religion juive.

Je souhaiterais, pour citer un contemporain, reprendre quelques mots de Jean-François Bernardini, prononcés lors de la conférence sur la non-violence, le 13 février dernier à l'église Notre Dame Du Val : "Ce qui menace la paix, ce ne sont pas les conflits, mais l'idéologie qui dit que seule la violence peut régler les conflits. Les armes sont un mensonge et un piège. La violence fait perdre les luttes les plus nobles. Tuer est la défaite ultime de l'humain". C'est on ne peut plus vrai, à mon sens. Il y a d'autres moyens, pour régler des conflits (quelles que soit leur ampleur) que la violence. La non-violence permet de résoudre deux fois plus de conflits que la violence, pour citer Gandhi. Si les idéologies mènent à la violence, il faudrait faire en sorte qu'elles mènent à la non-violence…

LC – Au-delà des citations et des textes de référence, quelle est votre conviction personnelle ?

CW – Je suis convaincu que la non-violence associée à la connaissance de l'autre est la meilleure façon de vivre en paix et en harmonie avec tous nos frères, quelles que soient leurs origines et leurs religions.

LC – Pouvez-vous nous dire quelques mots sur Bussy-Saint-Georges ?

CW – La création de l'Association de l'Esplanade des Religions et des Cultures, en 2017, est une grande satisfaction car, aujourd'hui, nous pouvons tous parler d'une même voix : chrétiens, juifs, bouddhistes, musulmans ; dire notre détermination à établir un "Vivre ensemble" totalement naturel et, bien évidemment, non-violent. La connaissance de soi, des autres, la non-violence et l'amour de l'autre sont les clés d'une vie pacifique et harmonieuse.

C'est ce que je pense que nous vivons à Bussy-Saint-Georges et, tous ensemble, nous pouvons en être fiers

Communiqué après l’assassinat de Mireille Knoll

L’Association de l’Esplanade des Religions et des Cultures, qui regroupe les communautés chrétiennes, juive, musulmane et bouddhistes de Bussy St Georges, tient à exprimer son émotion devant l’assassinat horrible de Mireille Knoll, une vieille dame de 85 ans de religion juive, le 23 mars à Paris.

Cette dame handicapée était une rescapée de la Shoa. A travers elle, c’est la mémoire de toutes les personnes exterminées par le régime nazi qui est bafouée.

 Nous exprimons notre fraternité avec la communauté juive de France et nous prions pour elle à l’approche de la fête de Pâques, qui tombe cette année en même temps que celle des chrétiens.

Après la marche que nous avons organisée en décembre pour les Rohingyas de Birmanie et notre participation à la commémoration de l’attentat de l’hyper cacher en janvier, nous continuerons à nous mobiliser ensemble en 2018 pour la paix et la non-violence active. Ainsi nous voulons témoigner qu’à Bussy toutes les religions peuvent vivre leur foi dans la paix et l’harmonie

 

Démarche Synodale : quoi de neuf à l’horizon ?

Par Patrick Mannier

assembl%c3%a9e%20synodale.png

Il faut le rappeler ; la démarche synodale est.une réunion de baptisés, décidée par l’évêque du diocèse. Après plusieurs rencontres et après avoir consulté les différents conseils qui l’entourent pour travailler aux missions de l’Eglise, Monseigneur Nahmias nous annoncera, le 23 septembre 2018, en la cathédrale de Meaux, les grandes orientations prochaines. Le Père Dominique Fontaine nous dévoile quelques aspects du programme : « en effet, cette rencontre prévoit entre 3 et 4000 personnes. Il n’y aura pas de messe mais le programme sera bien fourni »

Quel sera le cœur de cette rencontre ?

Notre évêque prononcera officiellement les grandes orientations issues des cinq assemblées synodales. La dernière étant fixée au 26 mai 2018. Ce jour là les différentes commissions qui se sont réunies proposeront différentes orientations sur la base de réflexions pastorales muries depuis deux ans

Qui compose le pôle seine et marnais et la mission attendue ?

Ce sont 120 délégués séniors (de plus de 30 ans) et pas moins de 40 jeunes délégués. Leur mission est d’abord d’être les porte–parole des paroissiens, de ce que nous vivons dans les paroisses.

Quant à la mission il s’agit de trouver des sujets pour mettre en application les ressorts de notre foi.

Finalement, qu’est-ce qui en ressort aujourd’hui ?

Par exemple il y a le dimanche : ce jour du Seigneur est celui des chrétiens ! Il convient alors d’en faire des journées de fraternité avec des temps avant et après la Messe qui est le point central. Rassemblements, rencontres catéchétiques ou autres… Ce jour de repos est fait pour se retrouver, et c’est aussi un jour de fête !

Et puis il y a aussi la nécessité de se former pour approfondir notre foi et d’en témoigner de façon authentique. Il y aura bien d’autres propositions à l’image des « samedis de la foi », rendez-vous à ne pas manquer tel le 7 avril prochain sur le thème « Je crois en Jésus ressuscité » et le 9 juin sur l’Esprit Saint »

En conclusion ?

Un rendez-vous pour Chrétiens en marche et en actes : le 23 septembre prochain, vous êtes tous invités à témoigner en participant à ce grand rassemblement des catholiques en Seine et Marne pour partager une vraie journée de foi, conviviale et festive

 

  LIVRE

L'Evangile de la Résurrection, Méditations spirituelles, par Joseph Moingt. Ed. Bayard 2009

Par Jean Dupuis

livre.jpg

Le père Joseph MOINGT, jésuite et théologien, emploie ici le mot « Evangile » dans son sens étymologique : bonne nouvelle. La Résurrection du Christ est la bonne nouvelle par excellence. Elle est le fondement de notre Foi.

Cette bonne nouvelle repose sur un évènement historique. Après s’être abaissé jusqu’à mourir sur une croix, le Christ est ressuscité le troisième jour. Il n’y a pas eu de témoin direct, mais Jésus a multiplié les apparitions : à Marie-Madeleine, aux disciples, et à tous les apôtres. La Résurrection est la victoire de Dieu sur la mort. Elle est la manifestation du dessein de Dieu, dessein d’amour révélé tout au long de l’Ancien Testament. C’est d’ailleurs en expliquant les Ecritures que Jésus ressuscité s’est fait reconnaitre par les disciples.

La Résurrection est un don à tous les hommes. Nous sommes tous destinés à ressusciter avec le Christ, à revivre en lui, et à ne faire qu’un en lui, si nous acceptons nous aussi de porter notre croix et de mourir à notre péché. Ressusciter avec le Christ, c’est mourir avec lui au péché, et vivre avec lui d’une vie nouvelle donnée au Père et à nos frères.

Le mémorial eucharistique perpétue la présence de Jésus ressuscité parmi nous. Il unifie tous les chrétiens en un seul corps, le corps du Christ. Il entretient la circulation de la vie du Christ en nous et entre nous. Notre vocation de chrétien est de travailler à la réconciliation et à la paix entre tous les humains. Annoncer la Résurrection, c’est donner corps à un homme nouveau, homme rendu nouveau par le respect du commandement nouveau : aimez vous les uns les autres.

Voici un livre modeste par la taille (96 pages), mais fondamental. C’est un livre à lire lentement, à relire et à méditer, qui nous fait cheminer dans la profondeur de la Foi

Référence de la bibliothèque : 232

 

PAGE des JEUNES

PAJ.pngVivre le scoutisme : Avoir des projets pour (toujours) aller de l’avant !

Par Antoine Diet

 

Le projet du groupe n’est pas unique car il est défini par la vie de chacune des unités, dans l’optique d’un épanouissement personnel, spirituel et en cohérence avec la vie d’un groupe. Voici un aperçu en couleurs des projets vécus cette année…

scouts%20ndv.png

  

Solutions des jeux proposés dans le numéro de février 2018

 

reponse%20jeux.png
 

 VIE PAROISSIALE

L’hospitalité, c’est ouvrir son cœur

Chaque année à Nevers, chez les sœurs qui gardent le corps de Bernadette de Lourdes, le Secours Catholique organise une session originale, qui permet à des groupes de personnes qui vivent la précarité de réfléchir avec des théologiens. Cette année, le père Dominique y a emmené quatre membres de Chrétiens du Monde.

 

Nevers%2011%20mars%202018v2.JPGBernadette, Léonie, Delphine et Louise avaient été déléguées par le groupe Chrétiens du Monde pour participer à cette session. Le thème était l’hospitalité. Question actuelle avec le débat sur l’accueil des migrants, question vécue par les membres de Chrétiens du Monde, qui ont été accueillis au fil des ans dans notre paroisse. Le groupe avait préparé cette session lors d’un partage de la Parole sur l’hospitalité d’Abraham, dans le livre de la Genèse : « Un des problèmes en France, c’est à celui qui arrive de faire l’effort de s’insérer, dit une membre du groupe. C’est un choc de cultures pour nous.

 

Abraham, c'est un homme de Dieu, heureux de la rencontre

Moi j’ai pu m’intégrer dans la paroisse seulement l’an dernier, quand le Père Bruno m’a demandé de balayer l’église avec lui. » Félicité lui répond : « Moi, c’est différent, je suis arrivée à Bussy un vendredi, le dimanche suivant Jean-Philippe était là à la messe pour m’accueillir. » Le débat s’est poursuivi : « Abraham se prosterne devant ces trois hommes inconnus, il devait accueillir tout le monde comme ça. C’est un homme de Dieu qui est heureux de la rencontre. Il se dit que ces trois hommes représentent son Dieu qui vient à lui. Il les accueille comme si c’était Dieu. » Léonie n’est pas d’accord : « En Afrique on doit accueillir quelqu’un qu’on ne connait pas, pourtant on ne sait pas que c’est Dieu. Mon père sous la véranda voyait les gens passer. Tout le monde pouvait se servir à manger chez nous.» Prudence poursuit : « Chez moi en Afrique, quand tu reçois quelqu’un sous le soleil et que tu lui offres l’hospitalité, il te bénit.

L’hospitalité c’est aussi ouvrir son cœur

Quand tu reçois l’autre comme le Seigneur le demande, tu as la bénédiction. » Et quelqu’un conclut : « Est-ce que l’hospitalité c’est toujours accueillir dans nos maisons ? C’est aussi ouvrir son cœur. »

Fortes de ce message du groupe, Delphine, Léonie, Louise et Bernadette sont arrivées à la session sachant qu’elles avaient quelque chose à apporter aux autres groupes, avec qui elles ont lié amitié dès l’arrivée. Réparties chacune dans un petit groupe, elles ont pu s’exprimer sans peur. Bernadette était tout étonnée de dire : « dans mon groupe, c’est moi qui ai parlé la première. » Delphine poursuit : « J’ai bien aimé qu’on ait un « bâton de parole » qu’on se transmettait de main en main quand on voulait prendre la parole, cela permettait d’écouter tout le monde sans se couper la parole. » Louise prend beaucoup de notes pour en reparler au groupe au retour. Toutes quatre sont étonnées que leur conviction sur l’hospitalité du cœur soit reprise par tous dans le débat commun. Le dimanche matin, elles sont fières d’animer la prière, à partir du partage sur le récit de l’hospitalité d’Abraham et d’un chant africain de Chrétiens du monde : « Duma e » (Gloire à Dieu), que l’ensemble du groupe leur a demandé de reprendre lors de la messe finale, dans la chapelle où repose le corps intact de Bernadette et où nous avions célébré la messe l’an dernier lors du pèlerinage du Pôle en Bourgogne.

Père Dominique Fontaine

 

 Une retraite dans la vie pour se mettre à l’écoute de Dieu

halte%20spirituelle.jpgAprès le succès de la première retraite dans la vie en 2016, nous proposons une nouvelle retraite sur le Pôle cette année durant tout le temps pascal. Elle alternera des temps d’enseignement, de partage d’Evangile et de prière les vendredis de 20h à 22h30 et des propositions de prière à vivre personnellement durant la semaine, avec pour ceux qui le souhaitent un accompagnement personnel par une religieuse, un prêtre, un diacre ou un frère mariste.

 Il est encore temps de s’inscrire. Des bulletins d’inscription sont dans le fond des églises. On peut aussi appeler le Père Jacques pour plus d’information (06 82 57 82 77).

Ces soirées ont lieu à l’église St Michel de Lagny, 38 avenue du Stade à Lagny.

Un covoiturage est proposé au parking de NDV à 19h45

Père Dominique Fontaine

  

 PAROISSE

Parlons finances 

Les ressources de l’Eglise sont au service de l’Evangile et de la charité. Elles sont gérées à 3 niveaux : le diocèse (Association Diocésaine de Meaux), le Pôle Missionnaire Bussy-Lagny et notre Secteur Pastoral du Val de Bussy. Ressources et emplois sont répartis en 4 rubriques :

Le denier de l’Eglise collecté par le diocèse, dont Notre-Dame du Val Info a rendu compte le mois dernier (mars 2018 p 3), affecté à la rémunération des prêtres et des laïcs au service de l’Eglise.

Les dons pour l’extension du Centre pastoral ; Notre-Dame du Val Info vous informe régulièrement de l’avancement de la collecte et de la réalisation.

Les legs pour soutenir les projets de l’Eglise pour les générations futures. Nous en parlerons dans un prochain numéro de Notre-Dame du Val Info.

Les quêtes et offrandes que vous faites à l’occasion des célébrations dominicales, des baptêmes, mariages, funérailles et des évènements paroissiaux (pèlerinages, catéchisme, etc.) qui permettent de couvrir les dépenses de fonctionnement (secrétariat, éclairage, chauffage, entretien courant, déplacements, etc.). En voici le point pour l’année 2017.

1. Ce que vous avez donné en 2017 :

- Les quêtes lors des célébrations dominicales : 62 100 € ; le montant collecté en 2017 est en légère baisse et nous avons reversé une part plus importante pour d’autres causes ou projets (Secours Catholique, CCFD, projet de l’église sainte Bathilde, Chantiers du cardinal), d’où une baisse sensible par rapport à 2016 (71 000 €) de ce qui est affecté à nos besoins de fonctionnement.

- Les quêtes et les offrandes pour les baptêmes, les mariages, les funérailles et les intentions de messe sont stables : 51 800 € (en 2016 51 600 €),

- La participation des familles aux frais de la catéchèse : 10 900 € (en 2016 16 400 €). Les frais de catéchèse ont également baissé (cf. infra), avec moins d’enfants catéchisés et moins d’achats (utilisation des stocks).

- Les autres recettes (ventes de cierges, livres, etc.) et produits annexes : 17 800 € (en 2016 38 100 €).

 

2. Ce que nous avons dépensé en 2017 :

- L’entretien et les fournitures (eau, électricité, fournitures de bureau, petit entretien, etc.) : 40 400 € (en 2016 55 300 k€) témoignant d’une gestion rigoureuse des achats, avec notamment la baisse des frais de reproduction par une utilisation plus fréquente de la vidéo projection.

- Les frais de catéchèse : 6 200 € (en 2016 15 500 €)

- Les contributions au diocèse et au Pôle Missionnaire : 52 800 € ; elles retrouvent leur niveau de 2015 (en 2016 35 000, mais 51 200 € en 2015).

 

Nos recettes ont sensiblement diminué mais nos dépenses sont moindres. Priorité est donnée à l’extension du Centre pastoral pour laquelle plus de 40 000 € ont été collectés en 2017. Il est important que cette collecte s’amplifie et que votre générosité soit toujours au rendez-vous des besoins de notre Eglise.

Merci à toutes et à tous !

Le Conseil économique : Père Dominique Fontaine, Père Bruno Sautereau, Dominique Bijard, Matthieu Cuvelier, Jean-Marie Fournier, Chintha Ly, Pierre-Olivier Moreaux, Augustin de Préville 

 

« Avec Toi, Marcellin », une fresque musicale pas comme les autres

champagnat.jpgFaire chanter 430 élèves sur une même scène, un défi de taille !
Et pourtant, l’école primaire Saint Laurent de Lagny est en train de le relever !
Sous tutelle mariste depuis plus de 100 ans, l’école s’est lancée dans le projet de monter une fresque musicale sur le fondateur des frères maristes : Marcellin Champagnat.
Le texte et les musiques ont été écrits par frère Toni, bien connu dans le secteur pour sa voix catalane et sa guitare endiablée lors des animations de messe.
Cette comédie musicale fête le bicentenaire des frères maristes. Elle a été jouée dans plusieurs écoles maristes du monde entier et traduite en quatre langues : anglais, français, espagnol et catalan.

Marcellin en quelques mots…

Marcellin Champagnat, est né le 20 mai 1789 à Marlhes (Loire), et mort le 6 juin 1840 à Saint-Chamond, près de Lyon. La comédie musicale retrace sa vie, de sa naissance à la fondation des frères maristes dont la vocation est de promouvoir l'enseignement primaire dans les campagnes.

La fresque musicale à Notre-Dame du Val…

Une fois le projet lancé, il fallait trouver une salle assez grande pouvant accueillir 430 élèves et leurs familles. Notre-Dame du Val fut une évidence ! Quel pouvait être le meilleur endroit qu’une église dédiée à Marie pour célébrer Marcellin ? De plus, le père Bruno vient souvent à Saint Laurent célébrer des messes, des baptêmes ou des communions. C’est maintenant à Saint Laurent de venir chez Bruno ! Toute l’équipe de l’école le remercie grandement pour l’enthousiasme et l’accueil qu’il réserve à ce projet.

Les enfants répètent chaque semaine leur chant, leur chorégraphie et leur interprétation théâtrale pour tenter d’offrir au public un fabuleux spectacle le vendredi 13 avril à 19h.

Isabelle Pouchelle

 

« Je ne peux pas voir un enfant sans avoir envie de lui dire combien Dieu l'aime. »

Marcellin Champagnat

AGENDA

Pensez-y !Priere_Taize1w2.jpg

Samedi 14 avril et Dimanche 15 avril

pélerinage ars-taize

 

 

 

Mercredi 4 avril
rencontre des participants au pèlerinage Ars-Taizé
20h30 - 22h00

Jeudi 5 avril
réunion de l'équipe d'animation pastorale
20h30 à NDV

Vendredi 6 avril
premier vendredi de la retraite dans la vie
20h30 à St-Michel de Lagny

concert marco polo
20h30 à NDV

Samedi 7 avril
Samedi de la foi
Sur le thème de Jésus-Christ ressuscité
20h30 à NDV

Dimanche 8 avril
consécration du nouvel autel de la Cathédrale
15h30 à Meaux

Jeudi 12 avril
réunion groupe bible
20h30 à NDV

reunion Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens
20h30

Samedi 14 et Dimanche 15 avril
pèlerinage Ars-Taizé

Samedi 28 avril
groupe Regain, séparés et divorcés
20h00

Dimanche 29 avril
monument aux morts : commémoration de la Déportation
à 11h00

 ----------------------------------------------------------------------------

Les messes en semaine
Mardi et jeudi 19 h 00 N.D. du Val
Mercredi 8 h 30 N.D. du Val

Chaque vendredi à 12h
En période scolaire :
Centre Scolaire Maurice Rondeau
Hors période scolaire :
Oratoire Notre Dame du Val

Adoration eucharistique
Jeudi 19 h 30 N.D. du Val
Vendredi 15 h N.D. du Val

---------------------------------------------------------------------------

Samedi de la foi sur Jésus-Christ ressuscité

A la demande de notre évêque, durant le carême et le temps pascal cette année, des samedis de la foi sont proposés, pour mieux comprendre les fondamentaux de notre foi. Après la première soirée en février consacrée à Dieu le Père Créateur, la deuxième soirée aura lieu le samedi 7 avril à 20h30 à Notre Dame du Val. Elle sera consacrée à Jésus-Christ ressuscité.

Comment comprendre aujourd’hui la résurrection de Jésus ? Comment l’exprimer dans un langage que tous puissent comprendre ? Qu’est ce que cela nous dit sur la résurrection aujourd’hui ? Est-ce que cela interroge notre approche de la mort ? Y a-t-il une vie après la mort ? Que penser de l’euthanasie ?

Après un premier temps de formation sur la résurrection du Christ dans le Nouveau Testament, nous aurons un débat avec Françoise, une paroissienne qui accompagne dans son travail des personnes en fin de vie. Au moment où on parle beaucoup de l’euthanasie dans notre société, nous pourrons réfléchir sur notre attitude de chrétiens face à cette demande.

La soirée aura lieu après la messe de 18h30 à Notre Dame du Val. Un bol de soupe sera proposé

 

SECOURS CATHOLIQUE

Accueil - Écoute – Accompagnement le jeudi de 17h à 19h00. Contact : 01 64 66 75 06
e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le Seigneur
est le rempart de ma vie,

devant qui tremblerais-je ?

(Psaume 26)

 

Un temps pour priermjf_20150404_vigile%20pascale_dsc02191.jpg

Seigneur sois mon rocher

 

Au cœur des tempêtes qui secouent ma vie,

Seigneur, apprends-moi à me reposer en Toi.

Au cœur des doutes qui m’assaillent,
Seigneur, apprends-moi à me fier à Toi.

Au cœur des peurs qui me troublent,
Seigneur, sois mon rocher.

Tu sais les difficultés de mon chemin,
Tu connais ses escarpements et ses ravins.

Pour choisir chaque jour la confiance,
Pour décider de Te faire confiance
chaque matin,
donne-moi de ne jamais lâcher ta main.

Et donne-moi des frères
pour aller vers demain.

 

 

 

 

Cette prière a été composée par Tania,
membre d’un groupe du Secours Catholique
de personnes en précarité,
lors de la session de Nevers des 10-11 mars