Notre-Dame du Val Info Octobre 2017

Eglise catholique - Secteur Val de Bussy - Octobre 2017

VERSION IMPRIMABLE

 
 
20171001_145102.jpg

 

« Aimez-vous les uns les autres »

« Aimez-vous les uns les autres », nous dit Jésus, dans le repas du jeudi saint, après avoir lavé les pieds de ses disciples et leur avoir dit : « lavez-vous les pieds les uns aux autres. » Se mettre au service de tous et de chacun, sans que certains soient laissés de côté, c’est le signe d’une vraie communauté chrétienne, qui se découvre comme Corps du Christ ressuscité.

C’est bien ce que nous avons vécu le 1er octobre au pèlerinage dans la forêt de Ferrières. Personne n’est resté isolé, sur le bord du chemin. Nous nous sommes aidés les uns les autres sous la pluie. Dans les petits groupes, chacun osait dire qui est Dieu pour lui et ainsi aidait les autres à exprimer à leur tour leur propre foi. Les mains se tendaient pour aider ceux qui avaient du mal à franchir les passages glissants. Les jeunes en vélo ne cherchaient pas à faire la course, mais s’attendaient les uns les autres. A la salle des fêtes de Ferrières, prêtée par la municipalité, chacun était aux petits soins pour les autres, laissant les enfants affamés manger en premier, partageant les plats sans se jeter dessus, rangeant et nettoyant la salle en un temps record.

Des comportements très simples, me direz-vous. Mais finalement pas si évidents que ça aujourd’hui. Il s’agit bien du « comportement qu’on doit avoir dans le Christ Jésus », comme le disait St Paul dans sa lettre aux Philippiens lue à la messe l’après midi.

Nous avons vécu cela comme une révélation d’une vraie vie communautaire, dont le fruit est la joie, « la joie de l’Evangile », dirait le pape François. Cette joie a trouvé son expression dans l’eucharistie, où d’autres paroissiens nous ont rejoints, dans la magnifique église St Rémi de Ferrières, avec la rosace du Christ qui nous tendait les bras, comme le même Christ nous tend les bras à Notre Dame du Val. Oui, Jésus, que notre joie demeure !

Père Dominique Fontaine


 

Heureuse d'accompagner les jeunes en aumônerie  

Deux livres sur le Père HAMEL

 

Scouts

marins

 

La joie dans les flaques boueuses

  DOSSIER 
La démarche synodale


ACTUALITE

 
Rencontre Jeanne d’Arc Logona, animatrice des 5ème

Heureuse d’accompagner les jeunes en aumônerie

Entre les inscriptions, les sollicitations des parents, la préparation de la rentrée, Jeanne d’Arc est une femme très occupée. Elle nous a quand même réservé quelques minutes pour parler de ses activités auprès des jeunes en aumônerie.

Propos recueillis par Cong-Dong Le

 

JeannedArc.jpg

Cong-Dong – Jeanne d’Arc, vous venez de loin, je crois ?

Jeanne d’ArcVous avez vu juste. Ma famille est originaire des Iles de Wallis et Futuna, mais je suis née et j’ai vécu en Nouvelle Calédonie, jusqu’à notre venue en métropole il y a 10 ans. Nous nous sommes installés à Chanteloup-en-Brie en 2010 et depuis ce temps nous participons à la vie paroissiale.

C-D – Comment êtes-vous venue à l’aumônerie ?

 JdATout commence quand mon fils ainé entre en caté. Comme la plupart des parents, nous l’accompagnons dans son parcours de foi. Et c’est tout naturellement que j’accepte la proposition d’être accompagnatrice en aumônerie après le cycle de caté de mon enfant. Je commence par la sixième, puis la cinquième cette année, pour que les jeunes puissent avoir une certaine stabilité dans les relations.

C-D – Quelles sont donc vos motivations ?

JdAEduquée dans la tradition catholique, je ne peux pas concevoir une vie chrétienne sans la pratique. En fait, on est « forcément pratiquant » si l’on est chrétien. Mes engagements font partie de ma foi. J’ai aussi la chance d’être secondée activement par ma famille. Cet engagement au sein de l’église, et surtout auprès des jeunes, c’est avec mon époux que je le partage. Il me soutient, m’encourage dans mes activités et n’hésite pas à se dévouer si besoin.

Nous aimons ce que nous faisons et n’avons aucun regret à le faire. Le travail est assez simple et n’exige pas de compétences particulières. Il faut tout simplement aimer ce l’on fait et savoir être à l’écoute des jeunes. Rien n’est plus beau que de voir un jeune sourire lorsqu’il a un parent qui est présent lors des rassemblements ou participe à une des rencontres !

C-D - Concrètement, que faites-vous avec les jeunes de 5ème ?

JdAEnsemble, nous essayons de rendre notre Aumônerie attractive à travers des témoignages, des temps de partages avec les personnes âgées des maisons de retraite, des collectes alimentaires et bien d’autres activités, sans oublier l’écoute et le partage de la Parole de Dieu. Pour cela, nous continuons de renforcer le côté « discipline » chez les jeunes. En effet, quand ils sont pris par leur propre dynamique, ils sont souvent un peu éparpillés. Apprendre à écouter, partager le temps de parole, garder le silence pendant l’Eucharistie, respecter la particularité de chacun est nécessaire pour que l’on puisse progresser.

C-D – Avez-vous un souhait en ce début d’année scolaire ?

mini-IMG_20170414_112640.jpg

JdAL’implication active des parents est un objectif majeur pour cette année. Nous savons qu’ils sont très occupés et sollicités. On dit que la jeunesse est généreuse. Nous sommes tous bénévoles… Montrons à notre enfant qu'il n’est pas seul à cheminer. Nous parents, partageons sa foi et décidons de l'accompagner. Mettons-nous au service des uns et des autres pour faire un bout de chemin avec nos enfants, le temps d'une rencontre, pendant une heure... Aidez-nous à faire vivre l'aumônerie, en nous accordant un peu de votre temps (1h ou plus), n'hésitez pas à participer aux rencontres. Donner c’est recevoir

© photo Cong-Dong Le


LIVRE

 
Deux livres sur le père Jacques Hamel

« MARTYR, Vie et mort du père Jacques Hamel » par Jan de Volder Ed. du Cerf, 2016

« Requiem pour le père Jacques Hamel, lettres d’un musulman », par Mohammed Nadim,

Ed. Bayard, 2017

Par Jean Dupuis

P1110876.JPG

Le 26 juillet 2016, le père Jacques Hamel célèbre la messe devant une poignée de fidèles dans l’église de St Etienne-du-Rouvray (76). A la fin de l’office deux hommes habillés de noir entrent en lançant des cris, notamment « Allahou Akhbar ». L’un d’eux ordonne au prêtre de s’agenouiller et voyant son refus le frappe d’un coup de couteau. Tombé à terre, le père Hamel tente de le repousser en lançant deux fois : « Va-t’en Satan ». Il reçoit un second coup de couteau, mortel celui-là. Dans l’assistance un laïc est à son tour grièvement blessé. Une religieuse réussit à s’enfuir et alerte la police qui abat les terroristes à leur sortie de l’église. La réprobation de cet assassinat commis peu de temps après le carnage de Nice est considérable. En de nombreux endroits chrétiens et musulmans se réunissent pour manifester ensemble leur émotion et leur solidarité, dans les mosquées comme dans les églises. (Il y eut de telles manifestations à Bussy-St-Georges : lire à ce sujet les reportages parus dans le numéro de NDVInfo de septembre 2016).

Ces rassemblements sont un hommage à la personnalité de père Hamel. Ce prêtre, né en 1930 et ordonné en 1958, était humble et discret, généreux et ouvert aux autres. Pendant son service militaire en Algérie, il refuse de devenir officier. Un jour les soldats montés dans la jeep qu’il conduit sont tous tués dans une embuscade, ainsi que ceux de la jeep qui suit. Hanté par le fait d’avoir été le seul survivant il est renforcé dans son aversion pour la violence. Il exerce ensuite son ministère de prêtre dans des paroisses ouvrières, toujours proche des gens qu’il sait écouter et comprendre. A l’âge de 75 ans il reste dans la paroisse dont il est curé, comme prêtre auxiliaire, toujours disponible pour rendre service. Sans être un protagoniste du dialogue chrétiens-musulmans, il participe régulièrement à des rencontres. Le président de la mosquée de St Etienne du Rouvray le décrit ainsi : « Au début il me semblait presque froid, tellement il était discret. Mais en fait j’ai vite compris qu’il aimait les gens sans le dire ». Respectueux de l’Islam il n’hésite pas à dire que « le dieu des terroristes c’est un dieu qui veut la mort, ce n’est pas le Dieu de l’Islam ».

P1110887.JPG

Dans son livre Mohammed Nadim célèbre la mémoire du père Jacques et affirme avec force sa volonté de musulman de ne pas laisser exploiter l’Islam par des terroristes. Il rappelle que « la religion n’est pas un concours pour honorer celui qui excelle dans la défense de Dieu par l’épée et la dague, mais un appel pour ouvrir son cœur et aimer ses semblables ». A Dieu il demande de donner le repos éternel au père Jacques qui était toujours inquiet pour les autres et ne supportait pas la souffrance des pauvres : « nous vous remettons l’âme d’un ami, d’un frère, qui était le témoin éclatant de la fraternité et de la bonté ». Beau témoignage d’estime et d’amitié islamo-chrétienne !

Références de la bibliothèque : 248 Ham

 

photo%204r.jpg

L’amour plus fort que la haine

 

Après l'assassinat du père Jacques Hamel, en juillet 2016, les communautés religieuses de Bussy ont multiplié les signes de fraternité. Plusieurs responsables s'étaient rendus pour prier à Saint Etienne du Rouvray

 

 PAGE des JEUNES

 « Joyeux anniversaire ! »

Par Patrick Mannier

 90 ans ! C’est l’âge de cette association chrétienne, toujours forte de sa jeunesse dynamique : le groupe marin Saint-Furcy des Scouts et Guides de France de Lagny ! Le Père Bruno nous invite à les découvrir.

scouts%20lagny3.JPG
Groupe marin Saint-Furcy avec le père Bruno  © photo scouts Lagny

Mais qui sont-ils ?

« C’est un groupe des Scout et Guides de France (SGDF), un des plus anciens de Seine et Marne, créé à Lagny et toujours lié à la paroisse, comme l’atteste la plaque commémorative disposée au local scout, situé à côté de la salle Saint-Furcy, rappelant les scouts morts pour la France. Il y a aujourd’hui 15 groupes SGDF en Seine-et-Marne, mais celui de Lagny est le seul groupe marin. »

Marins Scouts ou Scouts Marins ?

Le groupe pratique la navigation en eau douce et dispose de bateaux :

• 3 bateaux (2 yoles (*) et 1 petit catamaran)

• 2 lieux de navigation (le lac de Jablines et la Marne pendant la fête de la Marne fin juin)

• 1 ambition : renforcer son action par l’acquisition de canoës ou autres embarcations et proposer un vrai plan de formations à la navigation

 Quelles sont les compétences nécessaires ?

Un minimum de compétences techniques sont nécessaires pour naviguer, mais il faut aussi entretenir et réparer les embarcations. A cet effet, un hangar près du local a été aménagé.

Cela demande une certaine maîtrise du vocabulaire, par exemple babord-tribord, proue, safran, gouvernail, écoute, vent arrière, gilet, moussaillon, équipages, prendre la mer… c’est tout un monde à côté de nous, trop peu connu ! Surtout, pour faire partie de « l’équipage » il faut un engagement personnel véritable qui appelle à la responsabilité dans une dimension communautaire. Et il faut aimer aller sur l’eau !

Vers quelle dimension spirituelle ?

Tout ceci n’est pas sans rappeler plusieurs pages d’Evangile, écrit par des pêcheurs : la tempête apaisée, les pêches miraculeuses, la pastorale du Christ sur le lac de Tibériade... L’embarcation c’est l’Eglise, ballotée par les vents contraires, fragilisée par les fracas divers… ce n’est pas sans risque mais la foi est mise à l’épreuve de la solidarité, de la confiance.

 90 ans : c’est une fête ?

Fête dans la Foi, qui s’est célébrée par la messe et une veillée, le 30 septembre à ND des Ardents, messe chantée par le groupe « Amplitude ». Fête qui manifeste la diversité des visages dans l’Eglise et renforce son message évangélique. A nos frères Scouts Marins, nous souhaitons plus que jamais « Bon vent ! »

 * Une yole est une embarcation légère propulsée soit à la rame (quelques bancs de nage) soit à la voile. L'étymologie du mot vient du danois jolle ou du néerlandais jol et désigne à l'origine une embarcation légère et allongée, d'un faible tirant d'eau, propulsée généralement à la rame.

 

scouts%20lagny7.jpg

> Une adresse ? un contact ?

https://blogs.sgdf.fr/saint-furcy-lagny-sur-marne/

https://fr-fr.facebook.com/lagny.sgdf.marin/

 > Contact :

Christine & Jean-Marc les Responsables du Groupe, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 06 21 71 11 73

 


Scouts marins sur la base de Jablines  
© photo scouts Lagny


POLE BUSSY-LAGNY
 

Témoignage - La joie dans les flaques boueuses

Par Patrick Mannier

 De Notre-Dame du Val à l’église Saint Rémi de Ferrières-en-Brie, en parcourant les sentiers de la forêt de Ferrières, en ce dimanche 1er octobre, les pèlerins du pôle Bussy-Lagny, marcheurs et cyclistes, ont échangé sur le Credo et approfondi leur foi. 50 personnes ont rejoint les pèlerins en fin de matinée à la salle des fêtes de Ferrières pour un repas fraternel et plus de 50 autres se sont ajoutés l'après-midi pour la messe dans la magnifique église St Rémi de Ferrières.

 Avez-vous déjà ressenti cette joie toute spéciale, je parle de celle qui couronne ce cheminement spirituel qu’on appelle «pèlerinage» ? C’est ce que plus de 113 paroissiens ont vécu le dimanche 1er octobre lors du pèlerinage de pôle. Au moins 53 marcheurs et plus de 60 cyclistes se sont rejoints pour exprimer leur foi, autant de témoins du Christ qui font l’Eglise !

Cette joie, déjà perceptible dés les premiers pas, n’a pourtant pas été altérée par la pluie qui s’est abattue sur la campagne car l’ondée a été reçue comme une Grâce qui inonde l’âme : le monde n’est-il pas un pâle reflet d’une réalité spirituelle bien supérieure?

D’ailleurs, des réalités spirituelles, toutes ancrées dans le concret de nos humanités, ont eu l’occasion d’être évoquées lors de haltes autour du Credo : comment nous interpellent les noms de « Père, Fils et Saint-Esprit ? »

Et il y aurait beaucoup à dire, encore, en citant plusieurs anecdotes où le mot de chrétien s’exprime entre autres à travers cette solidarité qui nous aide à surmonter les flaques boueuses et terrains glissants… C’est cela qui a fait dire à Annie de Montévrain : « Ce jour nous donne l’occasion de nous ouvrir aux autres, et je vois que ND du Val est en avance par rapport à d’autres paroisses d’Ile de France ». Mais laissez moi ajouter ce mot de Jonathan Pinto, de Chanteloup : « C’est la première fois que je vis ce genre d’événement ; j’ai rencontré des gens qui ont les mêmes problèmes que moi ; tout nous aide à nous découvrir nous-mêmes ! »

Oui, on ne peut être chrétien tout seul ; je le savais déjà, mais ce « pélé de pôle » a été pour moi l’occasion de mieux le percevoir et d’en prendre acte pour une responsabilité renforcée.

 

DSCN5426.JPG
En vélo, à pied,

20171001_100357.jpg
moment de réflexion ....
DSCN5435.JPG
sur les routes du pélerinage
CIMG2754.JPG
Chacun reprend des forces
IMG_20171001_144930.jpg
Partage eucharistique
20171001_155108.jpg
dans la joie !

© photos Dominique Buttin

 

VIE PAROISSIALE

jeu-internet-flyer-r.jpg

Jeu internet pour découvrir la richesse des fêtes liturgiques

Par Jean-Marie Fournier

Chaque mois, d’octobre 2017 à juin 2018, un quiz vous fera découvrir comment l’année liturgique nous aide à grandir dans la Foi et comment les fêtes religieuses avec leurs traditions s’inscrivent dans notre vie quotidienne.

De plus des outils pédagogiques seront mis à votre disposition : le calendrier liturgique à compléter, les fêtes marquantes du mois, un passage de la Bible, le texte du Credo.

Préparé par les Services de la Catéchèse et du Catéchuménat, ce jeu s’adresse à tous, enfants et adultes, seuls ou en équipes.

Pas besoin de s’inscrire pour jouer : connectez-vous à « enfance.catho77.fr », cliquez sur « Jeu Internet 2017-2018 » puis sur « Jeu libre » et répondre aux questions du mois.


PÔLE BUSSY-LAGNY

DSCN5440.JPGLes prêtres et les diacres de notre Pôle missionnaire

Par le Père Dominique Fontaine

 La randonnée du 1er octobre a été l’occasion pour les prêtres de notre Pôle missionnaire de Bussy-Lagny de concélébrer lors de la messe de l’après midi en l’église St Rémi de Ferrières. Seul le Père Jacques n’a pas pu être présent, du fait de la mort de sa mère. Les paroissiens de Bussy ont pu faire connaissance avec le Père Achille, qui succède à Lagny au Père Gilbert, qui est nommé à Meaux. Le Père Achille a 63 ans, il est originaire du Cameroun. Il connait déjà Bussy pour y avoir été prêtre étudiant il y a plus de 20 ans (avant la construction de Notre Dame du Val). Il a été curé de paroisse pendant 10 ans dans le diocèse de Nice, avant de venir dans notre diocèse l’an dernier

l'église de Ferrières

 
 
20171001_155134.jpg

les diacres Jules Margerin, Michel Namory, les prêtres Achille Wawawé,
Dominique Fontaine, Bruno Sautereau, Pierre Monclair, Juvénal Bahati.
© photo Dominique Buttin



christ%20en%20gloire%2020150331_dsc02063.jpg.jpg

Un temps pour prier

 Une profession de foi

 Je crois en Toi mon Dieu, mon Père tout puissant.
Tu es grand, doux et humble.
Tu es mon espérance
Et tu es là dans les petites et les grandes choses.
Tu veilles toujours sur moi
Et tu me gardes avec ma famille
Sous ton aile protectrice.
Même si je ne comprends pas mes échecs,
Je les accepte et je te rends grâce,
Car c’est Toi qui agis pour me dire
Que ce n’est pas le chemin que tu m’as tracé.

Je crois en Toi, Jésus-Christ
Ressuscité d’entre les morts
Ton sang a coulé pour nous, pauvres pécheurs.
Tu as accepté d’être sacrifié pour nous racheter,
Nous réconcilier avec Dieu notre Père
Et nous accorder la vie éternelle.
Tu nous as arrachés des griffes du malin.
Tu es Amour et je T’aime.

Je crois en l’Esprit Saint, qui anime ma vie
Et se manifeste quand je l’invoque,
Même s’il répond à sa manière.
Il me permet de ressentir le Dieu vivant qui agit.
Il est puissant, miséricordieux et bienveillant.
Il me remplit de grâce et de bénédiction.
Amen.

Nicole

Voici une profession de foi écrite par une paroissiennelors du pèlerinage en Bourgogne en avril.
Nous continuerons à en publierdans la perspective de la démarche synodale du diocèse.

 

Que la grâce et la paix soient avec vous, de la part de Dieu notre Père et de Jésus-Christ le Seigneur"

1 Corinthiens 1,3