Notre-Dame du Val Info Septembre 2017

Eglise catholique - Secteur Val de Bussy -Juillet-Août 2017

VERSION IMPRIMABLE

 
rentr%c3%a9e.JPG

© photo M.N. Bijard

Une nouvelle année commence

Madeleine Delbrêl, cette femme poète, assistante sociale et mystique, qui est en voie de béatification, a écrit une prière que j’aime bien et que je récite souvent le matin : « Un jour de plus commence, Jésus en moi veut le vivre. » Je vous propose de lire cette prière en dernière page de ce numéro.

Oui, si le Christ est ressuscité, ce n’est pas pour rester en dehors de notre vie humaine. Au contraire, il est présent par son Esprit dans tous les instants de nos journées. Madeleine Delbrêl l’a compris et elle le vivait au quotidien. C’est vrai pour chacun de nous, mais c’est vrai aussi pour nos communautés.

Oui, une nouvelle année commence pour notre communauté du Val de Bussy. Le Christ est présent tout d’abord dans la rentrée scolaire pour les enfants et les jeunes. La bénédiction des cartables lors de la messe de rentrée du 17 septembre signifiera cette présence du Christ dans la vie scolaire des jeunes, pour qu’eux et leurs parents en soient plus conscients.

Le Christ est présent aussi à travers les mouvements chrétiens, par exemple les Scouts et Guides de France, qui vont fêter les 90 ans de leur groupe sur Lagny. L’Esprit a animé les décennies d’histoire des Scouts à Lagny, qui ont eu une grande influence sur la paroisse. La messe du samedi 30 septembre à 18h30 à Notre Dame des Ardents rendra visible cette présence du Ressuscité.

Le Christ est présent aussi quand nous nous retrouvons pour partager notre foi et la Parole de Dieu. C’est ce que nous vivrons en cette rentrée par la journée de rentrée du Pôle de Bussy-Lagny le dimanche 1er octobre. Nous sommes invités à sortir de chez nous pour découvrir en famille la magnifique forêt de Ferrières. Nous aurons plusieurs itinéraires, à pied ou en vélo, en prenant le temps de partager en petits groupes sur notre profession de foi en Dieu le Père, le Fils et l’Esprit, dans le cadre de la démarche synodale du diocèse. Nous sentirons combien le Christ ressuscité nous enseigne par la parole des uns aux autres, et par l’eucharistie que nous célébrerons l’après midi dans la belle et antique église de Ferrières.

Oui, une année de plus commence, soyons conscients que Jésus en nous veut la vivre.

 Père Dominique Fontaine

 

Un binôme à la
tête du Secours
Catholique
 

Quatre
défis
de rentrée

 

Une nouvelle
équipe pour les
veufs et veuves

 

Rentrée du pôle
missionnaire :
une randonnée
en forêt de
Ferrières

  DOSSIER 
La démarche synodale

ACTUALITE

Rencontre Marie-Noëlle Bijard et Nicole Amiot
Un binôme à la tête du Secours Catholique de Bussy

Les deux jeunes retraitées, qui ont pris leur fonction au 1er juin, découvrent encore leurs responsabilités. Elles racontent leurs premiers pas et partagent leur projet pour l’association.

Propos recueillis par Jacques

 C7CACC99-CA9D-4D09-BA31-DD8FB630B3D9.JPGDe ses 41 années dans les ressources humaines puis comme chargée de communication à la banque CIC, Marie-Noëlle Bijard en a gardé le look chic et sage. Mais son large sourire avenant n’est pas professionnel. Elle est une femme de foi et de service. Depuis son installation en 1988, alors que Bussy n’était encore qu’un vaste chantier, elle est engagée sur la paroisse. Onze années à l’EAP, 26 années dans l’équipe liturgie (« C’est facile, c’est l’âge de ma dernière fille Béatrice », glisse-t-elle) et 15 années à la mise en page du bulletin paroissial ! Combien de journaux ont été bouclés à une heure du matin dans des chambres d’hôtel au gré de ses déplacements professionnels.

De la peur à la confiance

« Je ne voyais pas arriver la retraite d’un bon œil, raconte Marie-Noëlle. J’ai travaillé à fond jusqu’au bout sans préparer ma vie d’après. Quitter le groupe après 41 années, ce n’était pas facile. » Elle décide de faire une retraite spirituelle et plonge dans les Exercices de Saint Ignace pour choisir la nouvelle orientation de sa vie. « Juste avant cette retraite, le père Dominique m’avait proposé la Responsabilité du Secours Catholique. J’ai répondu non. Je ne connaissais ni le public, ni le secteur du social. Cela me faisait peur. Et puis la proposition est revenue dans ma prière. Je suis revenue avec 50 questions pratiques. Et Dominique a levé tous les obstacles. Je me suis dit : « Prends ça comme un appel, fais confiance. »

C’est une autre jeune retraitée qui va la seconder. Nicole Amiot a rejoint l’équipe du Secours Catholique en octobre 2016 pour continuer l’enseignement en prévision de sa retraite prise en janvier. Prof de math, puis proviseur adjoint d’un lycée agricole près de Coulommiers pendant 12 ans, Nicole a achevé sa carrière au ministère de l’agriculture pour la gestion des examens des établissements agricoles. Célibataire sans enfant, elle a toujours désiré s’engager avec le Secours Catholique après la vie active. « Quand on m’a proposé d’être adjointe au responsable et chargée de représenter l’association au CCAS de Bussy, c’était assez imprévu, raconte-t-elle. Mais cela m’intéresse beaucoup. » « La présence de Nicole m’a rassurée, explique Marie-Noëlle. Elle connaissait les rouages de l’association mieux que moi. Tout comme notre trésorière, Khan My.»

Au-delà de l’urgence

« Prendre ses fonctions au Secours Catholique, c’est un peu comme gravir une montagne, constate Marie-Noëlle. Je suis en formation non-stop, je prends énormément de contacts avec les organismes sociaux : la Maison des Solidarités de Noisiel dont dépend notre secteur, le CCAS des mairies. Les rapports avec celui de Bussy sont très bons. Je voudrais développer les collaborations avec les autres mairies du secteur pastoral. » Mais c’est la participation aux accueils du jeudi qui la touche. « Quand on entend la situation des personnes qu’on accueille, on se sent humble, confie Marie Noëlle. J’ai fait aussi des belles rencontres avec des échanges très riches. Ce qui est certain, c’est que cette responsabilité a changé ma prière. L’eucharistie du jeudi après l’accueil est devenue vitale pour moi. J’ai besoin de déposer tout ce que j’ai vécu devant le Seigneur. » La nouvelle responsable a été impressionnée par la solidarité de la paroisse. « Début juillet, en pleine vacances, on lance un appel pour des fournitures scolaires. Et les dons ont afflué tout l’été ! »

Les deux nouvelles responsables fourmillent d’idées : renforcer les propositions d’alphabétisation pour aider à l’insertion au-delà de l’aide d’urgence, lancer un repas partagé une fois par trimestre pour ne pas être que dans le don de nourriture, proposer des temps conviviaux et de ressourcement pour les bénévoles. « Comment aider les gens à s’en sortir, à s’insérer, s’interroge la responsable. Je suis peut-être un peu naïve, mais nous devons nous donner les moyens de notre désir. »

 © photo J.M. Mazerolle

 

Marie-Noëlle en 3 dates

Août1954 Naissance à Paris,

Juin 1979 Mariage avec Dominique à Vincennes

Mars 1988 arrivée à Bussy, s’engage dans la paroisse

 
 

Nicole en 3 dates

Septembre 1951 Naissance à Moulins,

Décembre 2007 S'installe à Bussy

Janvier 2017 quitte le ministère de l’ Agriculture

 

> Venez nous rejoindre :

Le 9 septembre, lors du Forum des associations de la ville de Bussy, le Secours Catholique tiendra un stand et sera à la recherche de nouveaux bénévoles : Le soutien scolaire, les cours de français, l'accueil du jeudi, l'accompagnement des personnes isolées ... des activités très diversifiées... et des formations sont proposées ....


 LIVRE

Pour la vie ? Court traité du mariage et des séparations.

Par Denis Moreau, Editions du Seuil, 2014

Par Jean Dupuis

livre.jpg
Peut-on s’engager dans le mariage pour la vie ? Oui, répond Denis Moreau. Certes il y a beaucoup de séparations, dont certaines sont inévitables. Certes la vie à deux est fragile. Mais elle n’est pas vouée à l’échec. Denis Moreau qui a surmonté maintes difficultés a une conviction ancrée dans son expérience : la vie conjugale est un trésor qu’il invite à entretenir et à faire durer. Il pourfend l’individualisme et le matérialisme envahissants, qui veulent faire croire que l’amour n’est qu’un plaisir, qu’il ne dure qu’un instant, que les séparations sont inévitables et sans gravité.

Ce professeur de philosophie s’inspire des grands auteurs pour nous appeler à la Sagesse qui est la condition première du bonheur : en toute chose demeurer « sensés », choisir et agir avec discernement, rester fermes et résolus dans nos choix lorsque nous nous y sommes déterminés avec conscience, nous changer nous même avant de vouloir changer l’autre, les autres et le monde.

Ensuite il appelle les époux à s’abreuver auprès des Ecritures synthétisées par Saint Jean dans sa première lettre chapitre IV : « Si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et son amour est parfait en nous … Qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui. ». Appliquant ces versets au mariage Denis Moreau a cette phrase lumineuse : « s’engager dans le mariage devant Dieu et s’aimer sérieusement, de façon durable et réfléchie, c’est déployer dans le couple la vie de Dieu ». Les époux sont invités à se mettre sous la protection du Seigneur : quelle plus belle prière à cet égard que celle de Tobie et de Sarah le soir de leur mariage (Tobie, VIII, 4-10) ?

Malgré le titre ce traité est long de 249 pages et les citations de philosophes sont rédigées dans un style ancien qui peut décourager. Mais en les lisant attentivement on apprécie leur richesse. Loin d’être théorique ce livre est résolument concret et optimiste. Voila une aide efficace pour les époux .

Références de la bibliothèque : 265-5

 

Bibliothèque diocésaine Guillaume Briçonnet

 Biblioth%c3%a8que.pngSituée dans la chapelle Notre-Dame de Chaage, au centre de Meaux, la Bibliothèque diocésaine Guillaume Briçonnet est spécialisée dans l’histoire et les sciences religieuses. Avec ses 75 000 volumes, elle contient également plus de 12 000 documents d’histoire locale sur toute la Seine-et-Marne ainsi qu’un fonds ancien de plus de 3500 volumes antérieurs à 1811. Cette bibliothèque est appelée à devenir un lieu culturel et religieux dynamique et recherche des bénévoles. L’équipe de la Bibliothèque diocésaine sera heureuse de vous renseigner en vous accueillant sur rendez-vous pour une visite gratuite de ce lieu unique.

> 20 rue de Chaage - 77100 Meaux                   01 60 23 24 46   /   07 81 00 44 47

 

POLE BUSSY-LAGNY

Une nouvelle équipe pour les veufs et veuves

esperance%20et%20vie.pngIl y a quelques mois, plusieurs personnes de Lagny et de Bussy se sont rencontrées à partir de l’expérience du veuvage. Voir mourir son conjoint est une épreuve énorme. Mais souvent on n’en parle pas et chacun se retrouve dans l’isolement. L’idée a été lancée de se joindre à un mouvement chrétien qui s’appelle Espérance et Vie, et dont Jean Debruynne, prêtre de la Mission de France, a été longtemps l’aumônier. Plusieurs réunions ont déjà eu lieu. La prochaine est le lundi 4 septembre à la salle St Pierre à Lagny, mais le projet est de faire une réunion sur deux à Bussy.
>
Contact : Colette   06 63 64 32 82


 PAGE des JEUNES

Quatre défis de rentrée
Par le Père Bruno Sautereau

La rentrée s’annonce avec son lot d‘inscriptions ; le désir des parents se porte sur le développement intellectuel de l’enfant et du jeune, ainsi que le développement corporel. Quand il s’agit de parler du développement spirituel, les problèmes commencent : trouver le temps, laisser le choix à l’enfant, retarder la décision du caté ou de l’aumônerie à plus tard…

2017%2001%2008_mj_dsc07925.jpg

Faire le choix d’annoncer la foi est un engagement que les parents ont pris lorsqu’ils se sont mariés à l’Eglise. Car baptisé, l’enfant doit normalement recevoir une éducation chrétienne.
Cette éducation chrétienne s’appuie à la fois sur la famille proche et la communauté chrétienne.
Ouvrir l’Evangile, comprendre la Bible, donner des repères sur la foi tout en veillant aux valeurs de la foi (charité, bonté, ouverture aux autres).
© photo Marie-José Fournier

Aussi plusieurs défis :

1 proposer la vie chrétienne à votre enfant : caté, aumônerie, participation à la messe, devenir fraternel.

2 Proposer le baptême aux jeunes : beaucoup d’entre eux ne sont pas baptisés. Il ou elle y a pensé mais a du mal à franchir la porte pour s’inscrire ; devenir missionnaire pour répondre à l’appel du Christ.

3 Apprendre à prier : le souffle de l’Esprit. Des temps forts à Taizé (lycéens La Houssaye en Brie pour les premières communions, Ars et Taizé, en avril, figures fortes de l’engagement, frat de Lourdes, aller à Jouarre à l’Ascension, prier avec nos frères et sœurs de l’Esplanade des religions. Messes hebdomadaires et journalières, adoration du Jeudi soir… La prière est discrète mais elle est la réponse au matérialisme qui nous entoure, empêchant l’enfant de se connaître vraiment et tourné vers un désir insatiable.

4 Participer à la vie de l’Eglise : musiciens, charité, sortir, comprendre que l’on n’est pas chrétien tout seul.

Rentrée du dimanche 17 septembre et bénédiction du sac à dos, dans lequel on a l’Evangile, le manuel de caté Nathanaël, Kim et Noë, Parlons-en… Et la nourriture à partager.

Rentrée de Pôle, lancement des démarches de confirmation, profession de foi dans la cadre communautaire le dimanche 1er octobre ; à pied ou en vélo. Messe à Ferrières en Brie à 14H30 ; puis retour à Notre Dame du Val.

Notre secteur envisage d’agrandir toutes ses salles : parce que nos enfants et les jeunes s’y trouvent bien. N’hésitons pas à faire un don financier : investir dans la pierre, c’est investir dans la foi des adultes qu’ils deviendront.

Bonnes rentrées.


Témoignage - Une semaine à Taizé pour les 18-35 ans

 Par Flora Teng

En cette période estivale, nous sommes une dizaine de jeunes du secteur à partir une petite semaine dans le village de Taizé, en Bourgogne, où vit une communauté œcuménique de frères qui accueille tout au long de l’année des jeunes et des familles du monde entier. Du 17 au 23 août, est proposée une semaine spéciale pour les 18-35 ans. Nous sommes environ 2000 jeunes à répondre présents : des français, des allemands, des italiens, des espagnols, des polonais, des afghans, des libanais, et plein d’autres.

A Taizé, on vit au rythme des prières des frères. Après la prière du matin, le petit déjeuner est servi et pris en extérieur. Des ateliers de témoignages et d’échanges nous sont proposés chaque matin. Puis les cloches nous invitent de nouveau à la prière du midi avant le déjeuner, suivi d’un deuxième temps d’atelier. Après le goûter, nous sommes invités à un temps d’échange avec quelques autres jeunes de notre âge. Après le dîner puis la prière du soir, les jeunes se retrouvent dans un espace dédié, l’Oyak, pour un moment de convivialité.

Personnellement, j’aime beaucoup venir à Taizé car je trouve que c’est un lieu très paisible. C’est un point de ressourcement avant d’entamer cette nouvelle année. On y fait de belles rencontres et on y parle relativement facilement de sujets importants dans nos vies. On apprend à vivre simplement et à être heureux avec ce qui nous est donné.


Camp missionnaire vélo - Melun 2017

Du 1er au 4 juillet à Melun, nous avons été accueillis par Yvonne, propriétaire du camping La Belle Etoile près des bords de Seine. Tout a été apprécié : les douches, la piscine au retour du vélo, les jeux, et même le grand jeu d’Echec ! Tout a été mangé et dévoré !!! Les églises de Moisenay, de Champeaux, des messes inoubliables, la messe à l’hippodrome de la Solle en forêt de Fontainebleau. Le château de Blandy-les-Tours et les veillées joyeuses et conviviales nous ont permis de vivre une fraternité réelle. Solidarité avec Rémi qui est lourdement tombé de vélo dans la descente de Champeaux. Bonne guérison à toi Rémi ! Vivre en Aumônerie nous apprend à comprendre et à aimer la vie communautaire. Les aumôneries de Melun, de Bussy-Saint-Georges, de Dammartin-en-Goële se sont retrouvées.
Pour l’an prochain, nous envisageons d’aller au Lac de la forêt d’Orient, ses églises à pan de bois, des chemins forestiers… Allez en vélo ! Et rendez-vous le 1er Octobre prochain en Forêt de Ferrières-en-Brie pour la journée de pôle.

Père Bruno


VIE PAROISSIALE

Témoignage - Emmanuelle Teng

"Le Christ nous donne envie de toujours mieux le connaître"

Par Patrick Mannier

 Cela fait 8 ans qu’Emmanuelle coordonne la catéchèse sur notre secteur pastoral. Elle est remplacée par Elise, et se prépare à prendre la responsabilité du Service Diocésain de la Catéchèse..

emmanuelle%20teng.jpgC’est avec beaucoup de joie que j’ai accueilli et accompagné les enfants et leurs parents, en essayant de leur transmettre ce qui moi-même me fait vivre, de mettre les enfants en relation avec Dieu, car c’est bien cela la finalité du catéchisme : non pas l’acquisition d’un savoir mais la proximité avec le Christ qui nous transforme et nous donne envie de toujours mieux le connaître. Et la vie n’est pas assez longue pour cela !

Merci à Marie-Claude Lucas et au Père Pierrick qui m’ont fait ce cadeau et m’ont guidée dans mes premiers pas hésitants et timides. Merci au Service Diocésain de la Catéchèse qui m’a beaucoup formée et imprégnée des nouvelles orientations de la catéchèse que j’ai eu la joie de mettre en place sur notre secteur du Val de Bussy : l’entrée en catéchèse pour les enfants, le module « découvrir la catéchèse comme chemin de bonheur » pour les adultes, l’articulation entre équipes de vie pour apprendre à vivre en chrétien (servants d’autel, chorale, musique, théâtre, découverte des saints, St Georges, Marie, MEJ, scouts, ACE… sans oublier les équipes locales sur les différentes communes) et les modules Nathanaël pour approfondir un point de la foi, les KT-Dimanche…

Merci au Père Bruno de m’avoir bousculée chaque année avec toutes ses idées qui me paraissent parfois un peu folles et nous forcent à sortir de notre train-train : les KT-Vacances comme Holy Wins, les Chemins de Croix itinérants, les KT-Vélo, les pèlerinages à Meaux, Lagny, Jouarre… propositions du caté largement ouvertes à tous. Le caté est associé à tous les rassemblements paroissiaux, marches et pèlerinages de pôle, fêtes de la foi, du pardon, tout au long de l’année liturgique. En effet, c’est bien au cœur de la communauté que se vit la catéchèse, dans ce bain nourricier, portée par sa prière, dynamisée par la célébration eucharistique dominicale.

Merci au Père Dominique qui a toujours une oreille attentive et m’a guidée dans ma mission de conseil auprès des catéchistes de Lagny ces deux dernières années.

Merci enfin à tous les parents qui ont osé se lancer pour accompagner les enfants, sans eux je n’aurais rien pu faire, merci aux compagnons d’Emmaüs présents auprès des enfants en chemin vers la première communion, et à tous les membres actifs de notre communauté (l’EAP, l’équipe liturgie, l’éveil à la foi, l’aumônerie…) avec qui j’ai travaillé.

Il est temps de passer le relai. Nous avons appelé une maman qui s’est ainsi investie peu à peu, y a pris goût je pense… et elle a dit oui ! Alors pour l’année prochaine j’ai envie de lui dire : n’aies pas peur Elise, c’est une formidable aventure ! L’Esprit saint est là et c’est merveilleux d’être témoin de son œuvre dans le cœur des enfants, déjà avant même qu’ils ne frappent à notre porte. Nous ne sommes que des serviteurs qui, comme des jardiniers, accompagnent leur cheminement de foi.

Enfin, je voudrais vous demander de prier pour moi ; je suis appelée à rejoindre l’année prochaine le Service Diocésain de la Catéchèse, qui se situe à La Houssaye-en-Brie, pour en prendre dans un an la responsabilité. Je me sens bien petite devant cette nouvelle mission, mais confiante dans le Seigneur. Rassurez-vous je ne déménage pas, nous continuerons à nous voir le dimanche à la messe !

© photo Patrick Mannier

 

Une question à... Elise Chantin

Pourquoi avez-vous accepté la responsabilité de coordination de la catéchèse ?

"Lorsqu'Emmanuelle m'a proposé de prendre sa relève, j'ai été très honorée de la confiance qu'elle m'accordait. Aujourd'hui, faire en sorte que les enfants accèdent à leur spiritualité peut facilement être considéré comme un défi. Nous vivons dans une société très individualiste d'hyperconsommation qui ne laisse que peu de place à la foi et à une vraie vie intérieure. Mais souvent, pour beaucoup d'entre nous, plus on avance dans la vie et plus on est confronté aux souffrances et à la mort de ceux que l'on aime. Alors on se tourne, on se retourne, vers l'essentiel, uniquement l'essentiel, pour trouver un sens à sa propre existence.

La catéchèse fait découvrir la vie de Jésus et conduit les enfants à la prière ; la foi chrétienne est présentée comme un véritable engagement de soi, une manière de vivre en communauté, toujours dans l'amour du Christ. C'est notre héritage de chrétien et c'est ça l'essentiel : arriver à vivre en paix avec soi-même et avec les autres.

Je suis ravie de pouvoir participer un peu à l'éducation de la foi des enfants et aider les parents à s'investir pour que, naturellement, ils accompagnent leurs enfants. "

 

10 ans au service du Secours Catholique

Par Marie-José Fournier

2017%2006%2010_lucdefranssu_mjf_dsc08842.jpgC’est pour témoigner de leur amitié à Marie-Astrid et à Luc de Franssu qu’une quarantaine de paroissiens, bénévoles et personnes aidées, se sont réunies autour d’un buffet bien garni ce samedi 10 juin.
Luc remercie les personnes qui sont venues lui dire au revoir
: « Merci à vous tous d’être là. Merci à tous de votre implication dans tous les échanges et dans la lutte contre l’exclusion. Nous avons vécu de bons moments à Bussy. Nous essaierons de poursuivre cela là où nous serons. Nous partons en Suisse, à côté de Lausanne. Venez nous voir si vous passez par là. »
S’adressant à son prédécesseur : « J’ai passé 10 ans de service au Secours Catholique. Edmond tu m’as appris à rencontrer les gens et à profiter de la richesse de ces rencontres. Pour moi, cela a été une grande découverte très enrichissante. Je suis heureux que l’équipe continue son travail avec Marie-Noëlle. »
Car désormais, c’est Marie-Noëlle, Nicole, Khan-My et Xavier qui prennent les rennes de l’antenne Bussy du Secours Catholique.
Le père Dominique rend hommage au travail accompli : « On
peut dire un grand merci à Luc. A Bussy nous avons cette façon de vivre et de nous entraîner les uns les autres. Luc, tu as eu de la chance d’être avec nous et bon vent à toi ! » Pour terminer ce moment de passage du relais, Alain Legeay, président de la délégation diocésaine de Meaux du Secours Catholique, rapporte les mots de la présidente, Véronique Fayet : « Tous nos bénévoles ont quelque chose en commun : c’est la bienveillance, et ils sont les trésors du Secours Catholique. » © photos Marie-José Fournier

 

POLE BUSSY-LAGNY

Rentrée du Pôle missionnaire : une randonnée en forêt de Ferrières

 Par le Père Dominique Fontaine

 
ferrieres.jpgDepuis 4 ans, chaque année nous vivons au niveau du Pôle missionnaire de Bussy-Lagny une journée de rentrée qui nous fait sortir de nos paroisses pour vivre une vraie communauté. L’an dernier nous étions allés à Meaux, pour passer la porte de la Miséricorde avec notre évêque à la cathédrale, que beaucoup ont découverte à cette occasion.

Cette année, le dimanche 1er octobre, nous irons randonner dans la forêt de Ferrières, qui est une des plus belles forêts de la région, mais que peu connaissent. Nous nous donnons rendez-vous à Notre Dame du Val de Bussy à 9h. Il y a de la place pour les voitures. Nous constituerons de petites équipes de fraternités. Après un temps de prière, nous partirons à pied ou en vélo. Nous partagerons sur la profession de foi des chrétiens : « Je crois en Dieu le Père, le Fils et le Saint Esprit. » Celles et ceux qui sont venus au pèlerinage du 1er mai à Vézelay ont déjà commencé ce partage, mais voudraient l’élargir au maximum de paroissiens. Ce n’est pas si souvent que nous pouvons nous dire les uns aux autres ce que nous croyons et ainsi nous aider à croire malgré nos doutes.

2016%2010%2002_09%2019%2003_mjf_dsc07063.jpg
Les randonneurs feront une marche de 2 heures, avec des arrêts pour ces moments de partage, d’abord au théâtre de verdure de l’esplanade des religions, puis près de la mare aux fées, enfin au château de Ferrières. Les chemins sont larges … et plats ! Pour les cyclistes, ils feront des arrêts au moulin de Jossigny, à la ferme des Trente Arpents et à l’église de Pontcarré.

Nous nous retrouverons à la salle des fêtes de Ferrières, où pourront nous rejoindre à partir de 11h30 tous ceux qui ne peuvent ou ne souhaitent pas faire la marche. Ils pourront ainsi participer à ce partage sur notre foi.

2016%2010%2002_10%2008%2036_jm_dsc06031.jpg

Nous aurons ensuite à la salle des fêtes le repas partagé (le plat que vous apporterez sera déposé à Notre Dame du Val le matin). Après ce moment de convivialité, nous célébrerons la messe ensemble dans la magnifique église Saint Rémi de Ferrières. Le retour sera plus rapide jusque Notre Dame du Val où nous aurons un temps d’évaluation et de prière vers 16h30.

Ce dimanche 1er octobre, comme les autres années, il n’y aura donc pas de messe à Notre Dame du Val à 11h. La messe du samedi soir est à Notre Dame des Ardents de Lagny pour les 90 ans du groupe scout.

Venons nombreux et en famille à cette journée qui nous aidera à laisser vivre en nous le Christ en cette année qui commence.

© photo Jean-Marie Fournier


 

 Un temps pour prier

christ%20en%20gloire%2020150331_dsc02063.jpg.jpg

Un jour de plus commence
Jésus en moi veut le vivre.

Avec moi il est parmi les hommes d’aujourd’hui.
Il va rencontrer chacun de ceux qui entreront dans la maison,
chacun de ceux que je croiserai dans la rue.
Tous seront ceux qu’il est venu chercher.
Chacun celui qu’il est venu sauver.
A ceux qui me parleront,
il aura quelque chose à répondre.
A ceux qui manqueront,
il aura quelque chose à donner.
Chacun existera pour lui comme s’il était seul.

Jésus, en tout, n’a pas cessé d’être le Fils.
En moi, il veut rester lié au Père.
Doux comme un agneau devant chaque volonté de son Père.

Tout sera permis dans le jour qui va venir,
tout sera permis et demandera que je dise oui.
Le monde où il me laisse pour y être avec moi
ne peut m’empêcher d’être avec Dieu :
tout y est rencontre de Dieu.
Comme un enfant porté sur les bras de sa mère
n’est pas moins avec elle
parce qu’elle marche dans la foule.

Jésus partout n’a pas cessé d’être envoyé.
Nous ne pouvons pas faire que nous ne soyons
à chaque instant les envoyés de Dieu au monde.
Jésus en nous ne cesse pas d’être envoyé,
au long de ce jour qui commence, à toute l’humanité,
de notre temps, de tous les temps, de ma ville et du monde entier.

A travers les proches frères
qu’il nous fera servir, aimer, sauver,
des vagues de sa charité partiront jusqu’au bout du monde,
iront jusqu’à la fin des temps.
Béni soit ce nouveau jour qui est Noël sur la terre,
Puisqu’en moi Jésus veut le vivre encore.

Madeleine Delbrêl

 

Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde"

Mt 28,20