Notre-Dame du Val Info Juillet - Août 2017

Eglise catholique - Secteur Val de Bussy - Juillet-Août 2017

VERSION IMPRIMABLE

 

abbaye3.JPG
© photo M.N. Bijard
 

Le temps de la respiration intérieure

Dans l’Evangile de Marc, on voit Jésus dire à ses disciples-missionnaires : « Venez à l’écart et reposez-vous un peu ». Oui, dans le rythme haletant de nos vies, l’été peut être un temps pour souffler avec le Christ et pour respirer un peu. En employant ces mots, je me rends compte que ça parle de l’Esprit. Après la Pentecôte et les confirmations de jeunes et d’adultes en juin, nous sommes dans le temps de l’Esprit.

Comment parler de l’Esprit Saint, sinon en discernant ses effets, son travail dans nos vies et dans notre monde ? Et ce travail est de l’ordre d’une respiration intérieure. Inspirer, expirer, nous vivons ce rythme de façon inconsciente, sauf quand nous sommes essoufflés, quand nous n’arrivons plus à retrouver notre souffle normal. L’Esprit Saint est la source de notre respiration intérieure, mais nous n’en sommes pas toujours conscients.

En changeant un peu de braquet durant cet été, nous pouvons trouver du temps pour prendre conscience de ce travail de respiration que réalise l’Esprit dans nos vies. Prendre des temps de silence prolongés, nous émerveiller devant la nature ou devant la joie des enfants, nous arrêter pour prier, aller puiser à la source intérieure, nous rappeler tel ou tel événement de l’année, tout cela va nous permettre de vivre une relecture spirituelle de nos vies. C’est toujours à partir de ces relectures que nous découvrons la présence et le travail de l’Esprit du Christ et que nous pouvons comme Jacob dire : « Dieu était là et je ne le savais pas ».

Oui, l’Esprit Saint était là cette année dans les joies et les épreuves de nos vies personnelles et familiales et dans la vie de notre communauté chrétienne, dans nos réussites et nos échecs. Il nous fait grandir dans la foi. Bon été spirituel à tous.

Père Dominique Fontaine

 

Prendre
du temps pour
Dieu
en vacances
 

Inscriptions
caté et
aumonerie

 

Me voici :
30 jeunes
reçoivent
le sacrement de
confirmation

 


L'art

dans nos
églises

  DOSSIER 
La démarche synodale

ACTUALITE

Prendre du temps pour Dieu en vacances

Rupture avec le quotidien, temps pour soi, temps pour être avec ceux qu’on aime, les vacances sont aussi un moment privilégié pour la rencontre de Dieu. Deux pistes.

Par Jacques

Méditer avec ses cinq sens (d’après Ignace de Loyola)

IMG_5034.JPG

Chercher un endroit qui plait et marcher. Marcher tranquillement, se rendre présent à sa marche, sa respiration, à ce moment présent, ici et maintenant.

Voir

Les couleurs : ciel, verdure, mer, lointain
Les formes : chemin, maisons, collines, arbres
Les mouvements et déplacements : nuages, eaux, éclairages…                                               © photo M.N. Bijard

Qu’est-ce que cela me fait ? Que puis-je en dire au Seigneur ?

Ecouter

Tous les sons qui me parviennent : chants des oiseaux, bruits de machine, voix...

Qu’est-ce que cela me fait ? Que puis-je en dire au Seigneur ?

Toucher

Le souffle du vent, la chaleur, la fraîcheur de l’eau, de l’ombre, la souplesse ou la dureté du sol, le tronc des arbres, une plante…

Qu’est-ce que cela me fait ? Que puis-je en dire au Seigneur ?

Sentir

Toutes les odeurs qui se présentent : eau, plantes, fruits, sol, vaches…

Qu’est-ce que cela me fait ? Que puis-je en dire au Seigneur ?

Goûter

Des fruits, de l’eau…

Qu’est-ce que cela me fait ? Que puis-je en dire au Seigneur ?

Je note pour moi ce que j’ai éprouvé au cours de cette marche : tranquillité, agacement, paix…
A quoi ai-je été le plus sensible ? Qu’est-ce que j’ai admiré ? Qui m’a été le plus agréable ?
Je m’adresse au Seigneur à partir de ce que j’ai ressenti et vécu : louange, remerciement, demande…

 

Admirer : une prière pour les vacances

abbaye2.JPG

Prendre du temps pour n’avoir d’autre occupation qu’admirer
Le lac serti dans les rochers, la calme obscurité de la forêt
Les arbres jetant aux quatre coins le chant vibrant de leurs frondaisons,
La palette éclatante du ciel
Alors que le soleil regagne son refuge aux bords de l’horizon.
Les fruits offrant leurs saveurs,
l’écharpe du vent enroulant
Dans ses plis les délicats pastels des nuages effilochés.
Les œuvres sorties des mains humaines,
L’architecture des villes nouvelles, la solidité trapue des églises romanes,
Les nervures entrelacées des arcs gothiques,
Les cathédrales murmurant aux passants la foi capable de sculpter la pierre,
Les peintures aux lignes folles transfigurant la réalité.
Les rues bruissantes d’humanité, les cris des enfants,
Les visages venus d’ailleurs.
Et derrière ce qui est beau, deviner la présence de Celui
Qui a offert la terre aux humains
Afin qu’ils la transforment en espace de beauté pour tous.

De Charles Singer


 LIVRE

« Giorgo La Pira : Un mystique en politique, 1904-1977 », par Agnès Brot

lecture_Giorgio%20La%20Pira_P1110287.JPG

Ce livre retrace l’action exemplaire d’un homme politique chrétien : Giorgio LA PIRA, maire de Florence de 1951 à 1965, et membre du parlement italien après la seconde guerre mondiale. Ce professeur d’université animé d’une foi profonde s’est engagé dans l’action politique au nom de la charité évangélique illustrée par la parole du Christ : « ce que vous avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait ». A la tête de sa municipalité il a initié une politique sociale hardie pour loger les pauvres et défendre leur travail. Il a construit des logements avec un vrai souci d’urbanisme. Au grand dam des possédants il a organisé la réquisition des logements vides pour abriter des familles pauvres. Il s’est opposé aux licenciements économiques à objectif financier, et pour défendre les salariés il n’a pas hésité à approuver des occupations de locaux. Peu lui importait d’être traité de « communiste de sacristie ».Dans le domaine culturel il a largement facilité l’accès des plus défavorisés aux immenses richesses de sa ville, afin qu’ils puissent découvrir, eux aussi, l’art et la beauté.

Avec l’attention aux pauvres la recherche de la paix a marqué sa vie. Il s’est appuyé sur le prestige artistique de Florence pour organiser avec d’autres grandes villes du monde entier des relations durables. Après avoir créé la Fédération des villes jumelées, devenue Fédération des villes unies, il a entamé des voyages pour appeler à la réconciliation et à la paix, notamment à Moscou, Jérusalem, et Hanoi.

LA PIRA était célibataire et membre laïc (tertiaire) de l’ordre dominicain. Il logeait en collectivité, vivait dans l’austérité, et reversait tous ses salaires à son secrétariat qui avait pour mission de les redistribuer aux pauvres. Il participait chaque jour au repas eucharistique, et consacrait de longs moments à la prière. C’était un mystique engagé dans son temps, qui n’établissait aucune séparation entre sa Foi et son action. A ce titre il a été cité en exemple par le pape François.

Jean Dupuis                                                                                    Référence de la bibliothèque : 248

 

FILM

Un cours métrage sur la confession

cinema.jpg

C'est en coréen sous-titré en anglais... Mais ça vaut le détour. Il a été primé au Festival International du film catholique.

Depuis le début de cette année, circule sur le réseau internet un court métrage traitant d’un sujet difficile pour le commun des mortels : le sacrement de la réconciliation. Monté comme un vrai film de cinéma, le court métrage comporte un scénario avec une intrigue bien ficelée, un jeu d’acteurs adéquat, une technique cinématographique bien maîtrisée.

C’est l’histoire d’un homme, atteint d’une maladie incurable, qui veut « solder » avec Dieu un crime qu’il a commis 20 ans auparavant entrainant la mort d’une personne. En face de lui, un jeune confesseur qui lui parle du pardon de Dieu ainsi que la réparation de la faute auprès de la victime. Devant l’ampleur de la faute, l’homme doute de la miséricorde divine. Avec des mots simples, le confesseur lui parle de la bonté du Père qui pardonne et qui aime ses enfants. Vient ensuite le désir du confessé de réparer la faute auprès de la victime ou de sa famille. C’est là que l’histoire devient intéressante car il s’agit du pardon des hommes. En effet, il s’avère que le prêtre confesseur est le fils de la victime. Chez le prêtre, commence alors un violent combat intérieur, expérimentant dans sa propre chair le grand mystère de ce sacrement.

La fin de l’histoire vous attend sur le net dont voici le lien d’accès : https://www.youtube.com/watch?v=Dz4GIecaA-o

Ce film, parlant coréen et sous-titré en anglais, est l’œuvre d’un prêtre birman en stage à Séoul, Sud Corée. Il a été primé lors du Festival international du film catholique 2016.

Cong-Dong LE


Inscriptions caté et aumônerie

cat%c3%a9.jpg

Informations et inscriptions à l’éveil à la foi (3-7ans), à la catéchèse (CE2-CM1-CM2) et à l’aumônerie (collège-lycée) samedi 2, mercredi 6 et samedi 9 septembre de 9h à 12h et de 15h à 18h, et toute l’année à la permanence d'accueil (le mercredi de 17h à 19h et le samedi de 10h à 12h) ou sur rendez-vous.

Contact : Elise CHANTIN - CONTACTS PAR MESSAGERIE

 

PAGE des JEUNES

« Me voici »

Le dimanche 18 juin, au cours de la messe à Notre-Dame du Val, en présence de Mgr Jean-Yves Nahmias, trente jeunes reçoivent le sacrement de Confirmation et six communient pour la première fois. Notre évêque invite les jeunes à se laisser aimer par Dieu. A la fin de la célébration les nouveaux confirmés remercient le Seigneur pour les dons reçus et tous les moments vécus au cours de cette année de préparation à la Confirmation.

2017%2006%2018_confirmation_mjf_dsc08940.jpg

Dans son homélie, Mgr Jean-Yves Nahmias invite les jeunes à se laisser aimer pour aimer Dieu et son prochain : « C’est un moment vertigineux de vivre ce que le Christ nous demande et fonder sa vie sur la vie du Christ. C’est une décision qu’il nous faut renouveler tout au long de notre vie. Laissez les paroles du Christ renouveler votre vie, éclairer tous vos actes. Recevez l’amitié que Dieu vous offre et aimez à votre tour. Est-ce que le Seigneur nous demande quelque chose qui est au-dessus de nos forces ? En ce jour, comme au jour de la Pentecôte, vous recevez pleinement l’Esprit-Saint. Dieu le Père vous donne l’Esprit-Saint pour que vous viviez comme le Christ. » Avant de recevoir le sacrement de Confirmation, chaque jeune répond « Me voici » à l’appel de son nom. Mgr Jean-Yves Nahmias les exhorte à être « les porteurs de la Lumière de Dieu, les porteurs de la foi. »

Actions de grâce rédigées par deux groupes de confirmands

Seigneur, cette année de préparation à la confirmation a été pour nous source de découvertes, de nouvelles rencontres, de joie et de partage. Elle nous a permis de grandir dans notre foi et de mieux comprendre la vie.
Tu nous as donné d’être entourés, accompagnés, guidés, encouragés par nos parents, nos familles, nos animatrices et animateurs, nos prêtres. Par leur confiance et leur écoute, tous nous permettent d’apprendre de nos erreurs, de progresser pour devenir meilleurs. Tu nous donnes de nouer des relations avec nos amis qui nous sont précieux et nous aident à avancer.
Pour tout cela nous te remercions Seigneur.

Seigneur, tu es toujours à nos côtés, dans les bons comme dans les pires moments. Tu sais nous écouter sans nous juger. Tu nous donnes la force nécessaire pour surmonter les difficultés, nous remettre en question et réfléchir sur nos actes.
Par le sacrement de réconciliation Tu nous accordes Ton pardon. Tu nous aides à changer notre regard et à accorder nous aussi notre pardon à ceux qui nous ont blessés. Ton Esprit que nous avons reçu aujourd’hui nous conduit à nous engager dans la vie chrétienne, à transmettre Ton Amour.
Tu nous donnes d’être entourés aujourd’hui par ceux que nous aimons et avec qui nous partageons la joie de ta présence dans nos cœurs.
Pour tout cela, nous te remercions Seigneur.

Marie-José Fournier


Sur les routes de Seine et Marne

camps-velo-2014-P1190090.JPG

Depuis plusieurs années le camp vélo de la dernière semaine de "cours" permet d'occuper intelligemment les jeunes désœuvrés à cette période, c'est bien vu ! Depuis deux ans l'organisation a été reprise par la coopération missionnaire du diocèse de Meaux dont le père Bruno est l'aumônier. Une partie de l’inscription (60€) sert à soutenir un projet au Kenya.

Camp vélo 2015  © Photo Marie José Fournier

Dimanche 2 juillet après la messe à NDV, départ en voiture pour le camping La Belle Etoile à Melun.

Lundi 3 : Blandy les Tours - Champeaux

Mardi 4 : Forêt de Fontainebleau – Samois

Mercredi 5 : Vaux le Vicomte - Moisenay


 Le Frat c’est génial

 Dialogue par SMS au retour du Frat entre Lucas (un frateux) et Pierre (accompagnateur).

- Bonsoir, c'est Lucas ! Je voulais te remercier de m'avoir convaincu d’aller au Frat ! C'était la meilleure expérience de ma vie jusqu'à maintenant ! J'ai passé des moments inoubliables ! Ça a changé ma vie. J'ai fait de superbes rencontres ! Ma mère te remercie pour tout et moi aussi.

- A très bientôt Lucas ! Les cadeaux du Seigneur sont comme des perles sur nos routes parsemées d'embûches. Elles brillent d'un éclat inégalable ! Tous les chants me reviennent en tête en permanence !

- Oui, j'ai chanté toute la journée également ahaha !

- Si cela ne te gêne pas, serais-tu prêt à dire la même chose à la fin d'une messe ? Genre la semaine prochaine ?

- Ça ne me gêne pas du tout si ça peut convaincre d'autres jeunes ça sera super ! C’est tellement génial !


VIE PAROISSIALE

L’art dans nos églises

Les paroissiens ont du talent ! Coup de balai sur les nappes usagées : Marie-Thérèse met ses talents de couturière au service de l’Eglise. A ND du Val, les bouquets sont confectionnés par Christine et Marie pour les grandes fêtes, et la restauration de l’autel St Joseph est la double histoire vraie d’une rencontre personnelle, intime : celle de Johny et du Christ à ND du Val ! A Chanteloup, Jean-Marie qui ne supportait plus de voir le baptistère dans un piteux état, a sculpté le Christ en gloire sur le couvercle. Claire et Annette qui ont déjà réalisé le chemin de croix et les mosaïques de l’autel et du tabernacle à ND du Val, ont offert pour l’église de Chanteloup, un chemin de croix en mosaïque inauguré le Vendredi saint au départ du chemin de croix itinérant.

Pas besoin d'être artiste

Je vis dans le petit village de Chanteloup en Brie depuis 2005. Chaque premier dimanche du mois, la messe y est célébrée à 9h30. Je n'ai que la rue à traverser, c'est pratique. Grâce aux membres de l’AASEC, l'association qui prend soin de l’église, celle-ci est ouverte tous les dimanches.

2017%2004%2014%20Christ%20baptistere%20Chantelou_BeatriceGarcin_mini-IMG_20170414_105933.jpg

L’intérieur est propre, mais une chose me choque. Le couvercle de baptistère est dans un piteux état. Soit, je le changerai. Je demande à Bruno si je peux le faire et me voilà parti pour changer cette « planche » : couper, poncer, et il faudra vernir. Je regarde un instant ce nouveau couvercle. Il manque quelque chose, une croix peut-être ? Dessus, cela risque de ressembler à un cercueil... Je cherche sur internet, rien ne me touche. C'est alors que sur Notre-Dame du Val Info, je vois la statue de Jésus qui nous accueille ! Merci Seigneur de m'avoir guidé jusqu’à toi ! J'ai redessiné la forme, creusé le bois et verni l'ensemble.

Pourquoi l'avoir fait ? Jésus a donné sa vie, je pouvais bien donner quelques heures de mon temps. Pas besoin d'être artiste, menuisier ou sculpteur, car je ne suis aucun des trois. J'avais juste envie et besoin de le faire. D’ailleurs, il y a encore des choses à faire dans nos églises. Ce n'est tout de même pas Jésus qui va venir avec sa scie et son pinceau...

Jean-Marie Morales   (© Photo Béatrice Garcin)

 

Des broderies pour nos églises

2017%2006%2008_nappes_photomjf_DSC08838.JPG

Tout le monde connaît Marie-Thérèse à la paroisse, car après avoir fait le catéchisme, la préparation au baptême, la préparation au mariage, l’accueil des familles à l’équipe funérailles, elle assure une fois par semaine l’accueil paroissial. Ayant fait récemment l’acquisition d’une machine à broder, elle met ses talents de couturière au service de l’Eglise : « Un jour le père Bruno m’a montré le linge liturgique de nos églises. Nappes usées, trouées aux mites… j’ai même vu une nappe en toile cirée ! Tout est à refaire ! Il y a beaucoup de travail. »

Pour chacune de nos 11 églises, Marie-Thérèse a entrepris de réaliser deux nappes d’autel, huit voiles d’ambon (deux pour chaque couleur liturgique : rouge, vert, blanc et violet), et le linge liturgique de petite taille : « Il faut prendre les dimensions de chaque autel, en tenant compte des retombées de chaque côté, des ambons. J’ai déjà fait 20 nappes. Pour le linge liturgique il faut du tissu fin, pour les nappes un tissu épais. J’ai utilisé les aubes usagées des servants de messe. »

Marie-Thérèse prépare chaque pièce minutieusement : « Je fouille sur internet pour choisir les motifs en fonction du temps liturgique, puis je programme ma broderie et ensuite je règle les détails sur la machine à broder. Il faut bien centrer le tissu, le mettre dans le droit fil. Et tout cela pour les 11 églises de notre secteur : je vais le faire… petit à petit. J’y passe beaucoup de temps et cela me plaît bien. »

Marie-José Fournier

 

Le linge liturgique

La nappe couvre l’autel. En principe, elle est blanche en rappel du linceul dans lequel le Christ a été placé lors de sa mise au tombeau.

Le corporal - Grand carré de tissu blanc, disposé sur la nappe d’autel. C’est sur le corporal que sont placés calices, ciboires et patène lors de la messe.

Le purificatoire - Rectangle de tissu blanc qui sert à essuyer le calice de vin après la communion.

Le manuterge - Rectangle de tissu blanc utilisé par le célébrant pour s’essuyer les mains lors du rite du “lavabo”.

 


 

Notre communauté, une véritable mosaïque

2017%2004%2014%20chemin%20de%20croix%20Chanteloup_BeatriceGarcin_mini-IMG_20170414_105753.jpg

Répondant à une demande du père Pierrick, notre ancien curé, j’ai proposé un chemin de croix en mosaïque pour Notre-Dame du Val, évoquant ma joie d’appartenir à une communauté de foi dans sa grande diversité d’origines. Après 2 ans de réflexion, de médiation, de l’assemblage des idées, j’ai pu proposer l’ensemble du projet au conseil pastoral qui l’accepte et qui me donne carte blanche. Fidèle à l’idée originelle sur la diversité des composants de notre communauté, tout en gardant Jésus et la croix comme point d’ancrage, l’introduction des modèles divers et variés semble être une évidence. Voici quelques exemples : la 1ère station est inspirée d’une sculpture du Mont Sainte Odile en Alsace, la 11è d’un tableau de Fra Angelico. Quant à la 7è station « Jésus tombe pour la 2è fois », elle est réalisée à partir des dessins réalisés par 12 groupes d’enfants du catéchisme de 6ème (année 2008-2009). Cette réalisation est faite pendant 9 mois (quel symbole !) avec le concours (déjà) d’Annette à la moitié du parcours. Ce chemin de croix est présent à Notre-Dame du Val depuis le printemps de 2009. Je ne reviens pas sur la technique qui est assez simple. Ce qu’il faut retenir, c’est beaucoup de patience et de participations. Pour faire un parallèle avec le parcours de notre foi, je dirai qu’on peut assembler des morceaux divers pour en faire une œuvre unie et donnant sens , mais il faut du temps pour réfléchir, prier, accepter. Quand vous avez donc un peu de temps, nous vous invitons à regarder de près les stations. Nous les avons créées avec joie, espérons que vous découvrirez aussi un ou plusieurs morceaux de votre d’appartenance à cette communauté ouverte à tous et pour tous.

Claire Lamure   (© Photo Béatrice Garcin)

 

Restauration de l’autel Saint Joseph

En 2013 j’étais bouddhiste et j’accompagnais une personne qui allait prier, quand, sans m’en rendre compte, j’ai été comme poussé à l’intérieur de l’église ND du Val. Avez-vous déjà entendu le Seigneur vous parler sans entendre de parole ? C’est comme un sentiment qui vous subjugue et qu’on ne comprend que plus tard. En voyant le Christ en gloire, cet appel m’a fait deviner un regard, un visage puis un sourire qui m’a invité à m’approcher, pour… changer ! Je demandais le baptême peu après pour pouvoir témoigner, par ma vie et par ma voix de cette rencontre formidable. Témoigner du Christ est la mission de tout baptisé, c’est la mienne, C'est en toute humilité que je me suis promis de servir Dieu et son église. Sachez (vous tous, qui peinez) que Dieu fait des merveilles dans notre vie ! Et je prends exemple, sur l'évangile du 21 Juin 2017, Evangile de Jésus Christ selon Saint Matthieu 6,1-6. 16-18. ["...Ce que vous faites pour devenir des justes, évitez de l'accomplir devant les hommes pour vous faire remarquer. Sinon..."] Et là aussi, je rejoins certaines homélies du Père Bruno : "certains paroissiens contribuent à faire les choses sans rien dire..."

autelStJoseph_mjf_DSC08833.JPG

Et puis il y a l’autel Saint Joseph. Quand la Providence nous parle, elle prend souvent des tournures surprenantes. Un jour, à cause d’un lumignon sans doute renversé, l’autel, en bois, est endommagé. Il faut restaurer le plateau qui a des marques de brûlure en réalisant un décor qui soit simple, respectant les normes de sécurité incendie, et aussi conforme à l’esprit et l’architecture de notre église. Cette mission m’a été (sur)naturellement dévolue et j’ai dit « OUI » avant que la question me soit posée puisque je suis chargé de la sacristie. Je suis content du résultat car d’après plusieurs témoignages cela satisfait de nombreux paroissiens.

Johny Truong


Bouquets

2017%2006%2003%20bouquets_MarieLuong_photo%20mjf_%20DSC08831.JPG

Christine et Marie composent des bouquets qu’elles placent dans l’église Notre-Dame du Val pour les grandes fêtes. Ce samedi de Pentecôte, il faut se dépêcher entre le fleuriste qui ouvre sa boutique à 10h et la cérémonie de quatre baptêmes à 11h. « Nous venons quand nous avons le temps. Hier je suis venue à l’heure du déjeuner pour faire le petit bouquet sur l’autel. Je n’ai pas pu rester plus longtemps car je devais retourner à mon travail. Le mercredi je viens souvent pour la messe et après j’arrose les plantes que les gens apportent dans l’église. » Après avoir déposé devant l’autel une magnifique composition florale, Marie ramasse rapidement les tiges coupées et le sécateur car la cérémonie va commencer

Marie José Fournier

 

christ%20en%20gloire%2020150331_dsc02063.jpg.jpg

Un temps pour prier

Une profession de foi

 Je crois en toi, mon Dieu,
qui m’appelles et veux me faire vivre de Toi,
en me re-créant chaque jour.

Je crois en toi, Jésus-Christ ressuscité.
Tu te fais mendiant pour moi,
moi qui a de l’importance à tes yeux.
Tu m’invites à refléter ton visage dans le mien,
à te suivre petit enfant,
crucifié, ressuscité
et missionnaire pour te rejoindre
dans la Gloire du Père,
éternellement.

Je crois en l’Esprit Sanctificateur.
fruit de l’amour du Père et du Fils,
souffle de vie nouvelle,
moteur d’élans renouvelés pour l’Eglise.
Esprit Saint générateur de saints et de bienheureux.
Esprit qui vivifie et relève le pécheur.
Esprit qui nous fait vivre pour toujours
dans l’élévation de ton souffle de vie.

 

Voici une profession de foi écrite par un paroissien, Patrick, lors du pèlerinage en Bourgogne.
Nous en publierons d’autres dans les prochains numéros, dans la perspective de la journée de pôle du 1er octobre et de la démarche synodale du diocèse.

 

" Que la grâce du Seigneur Jésus,
l’Amour de Dieu et la communion du Saint-Esprit soit avec vous tous "

(2Co13,13)